John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Facteurs favorisant les pénétrations laryngées en gériatrie Volume 9, numéro 1, Mars 2011

Auteurs
Service de gériatrie, Domaine universitaire du Sart-Tilman, CHU Sart-Tilman, Liège, Belgique

Les troubles de la déglutition sont fréquents chez le sujet âgé. Les pénétrations laryngées (ou inhalation) sont les complications les plus graves. L’objectif principal de cette étude est de mettre en évidence les facteurs associés à l’apparition d’une pénétration laryngée. La population étudiée comprend 127 patients hospitalisés dans le service de gériatrie du CHU de Liège. Ont été évalués, la provenance du patient, les antécédents, le traitement et le statut nutritionnel. Une évaluation gériatrique globale a été réalisée. Un bilan logopédique orthopédique a également eu lieu incluant un test à eau. L’ensemble de ces paramètres a été corrélé au résultat d’une fibroscopie nasopharyngée. L’âge moyen des 127 patients est de 84 ans. Les valeurs médianes des échelles de Katz et de Lawton attestent d’un degré faible d’autonomie. Le score moyen de MMSE est de 22. Une pénétration laryngée est présente dans 44 % des cas ; elle s’observe plus fréquemment en cas de prise de neuroleptique, s’il existe un antécédent d’accident vasculaire cérébral, en cas de syndrome extra-pyramidal ou lorsque le MMSE est diminué. La désorientation temporospatiale, l’échec aux différents items du bilan logopédique et la non réalisation correcte du test à l’eau sont également liés à la présence d’une fausse route. Dans une population gériatrique, plusieurs facteurs sont associés à une pénétration pharyngée. Ils témoignent généralement de la gravité de l’atteinte cognitive, neurologique et fonctionnelle dont souffre cette population fragile.