John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Étude comparative des faux souvenirs dans la maladie à corps de Lewy et la maladie d’Alzheimer Volume 14, numéro 3, Septembre 2016

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Hôpitaux universitaires de Strasbourg, Centre mémoire de ressources et de recherche (CMRR), service de neurologie, unité de neuropsychologie, Strasbourg, France
2 Hôpitaux universitaires de Strasbourg, Hôpital de jour, Centre mémoire de ressources et de recherche (CMRR), Pôle de gériatrie, Strasbourg, France
3 Centre hospitalier de Nancy, unité cognitivo-comportementale ; Laboratoire InterPsy, EA4432, Groupe de recherche sur les communications, Université de Lorraine, Nancy, France
4 Laboratoire de neurosciences cognitives et adaptatives – UMR 7364 CNRS/UdS, Strasbourg, France
5 Université de Strasbourg et CNRS, Laboratoire ICube UMR 7357, Fédération de médecine translationnelle de Strasbourg (FMTS), Équipe IMIS/Neurocrypto, Strasbourg, France
* Tirés à part : hôpitaux universitaires de Strasbourg, service de neuropsychologie, 1, avenue Molière, 67098 Strasbourg cedex, France.

La production de faux souvenirs (FS) est un phénomène normal pouvant être affecté dans les pathologies neurodégénératives. L’objectif de cette étude préliminaire est d’étudier la production de FS dans la maladie à corps de Lewy (MCL) et la maladie d’Alzheimer (MA) et d’identifier les déficits cognitifs influant sur celle-ci. Dix patients MA et neuf patients MCL ont réalisé une tâche de mémoire couplant les paradigmes DRM (Deese-Roediger-McDermott) et Remember/Know (R/K). Un bilan cognitif portant sur la mémoire, les fonctions exécutives et instrumentales complétait l’évaluation. Aucun FS n’a été constaté dans le groupe MCL en rappel libre, alors que leur nombre était sensiblement identique dans les deux groupes en reconnaissance. Cependant, ils se différenciaient par l’expérience phénoménologique. Chez les patients MA, les FS étaient davantage associés à une réponse R (remémoration consciente) reflétant une altération de la mémoire source. Chez les patients MCL, l’item critique provoquait un sentiment de familiarité, sans remémoration des circonstances dans lesquelles l’item a été perçu, d’où les réponses K (sentiment de familiarité) qui indiquent une préservation de leur mémoire source. Contrairement aux attentes, le type de FS dans les deux groupes n’était pas corrélé à leur profil cognitif.