John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Comparaison des parcours hospitaliers de patients âgés hospitalisés en gériatrie avec ou sans cancer évolutif : une étude cas-témoins bi-centrique Volume 16, numéro 3, Septembre 2018

Tableaux

Auteurs
1 Service de médecine aiguë gériatrique, Centre hospitalier, Le Mans, France
2 Service de médecine aiguë gériatrique, Centre hospitalier universitaire, Nantes, France
3 Pôle de neurosciences, Service de gériatrie et Centre mémoire ressources recherche, Upres EA 4638, Unam, Centre hospitalier universitaire, Angers, France
4 Centre of excellence on aging and chronic diseases of McGill integrated University health network, Quebec, Canada
5 Robarts research institute, Department of medical biophysics, Schulich school of medicine and dentistry, the University of Western Ontario, London, ON, Canada
* Tirés à part
  • Mots-clés : oncologie, parcours, durée d’hospitalisation, mortalité intra-hospitalière, personnes âgées
  • DOI : 10.1684/pnv.2018.0741
  • Page(s) : 241-6
  • Année de parution : 2018

Contexte. Les parcours hospitaliers des patients gériatriques ayant un cancer restent peu connus. Notre objectif était de comparer les parcours hospitaliers de patients âgés avec ou sans cancer admis en gériatrie. Méthode. Une étude cas-témoins conduite en 2013 dans les courts séjours gériatriques des hôpitaux d’Angers et du Mans a comparé 204 cas consécutifs ayant un cancer (85,4 ± 5,5 ans ; 42,6 % d’hommes) et 1 020 témoins sans cancer évolutif (85,5 ± 5,8 ans ; 42,6 % d’hommes) appariés sur l’âge, le genre, la période de recrutement et le centre. Le parcours hospitalier a été évalué par la durée d’hospitalisation et la mortalité hospitalière. Le lieu de vie, l’IMC, le score CIRS-G, les antécédents de chutes, et le motif d’admission ont été utilisés comme covariables. Résultats. Les cas avec cancer présentaient un score CIRS-G plus élevé que les témoins (p < 0,001). Leur durée d’hospitalisation (16,3 ± 13,0 contre 12,6 ± 9,4 jours, p < 0,001) et la mortalité hospitalière (23,5 % contre 5,63 %, p < 0,001) étaient plus élevées que chez les témoins. Après ajustement, avoir un cancer était associé à une augmentation de la durée d’hospitalisation (β = 3,3, p < 0,001) et de la mortalité hospitalière (OR = 4,4, p < 0,001). Conclusion. Les patients gériatriques avec cancer avaient des parcours hospitaliers plus compliqués que les témoins sans cancer.