John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Comparaison de la valeur prédictive d’un test de performance physique standardisé à celle du phénotype de fragilité selon Fried pour les événements indésirables chez les octogénaires Volume 20, numéro 4, 2022-12-01

Illustrations


  • Figure 1.

  • Figure 2.

  • Figure 3.

  • Figure 4.
  • Annexe 2.

Tableaux

Auteurs
1 Institut de recherche santé et société, Université catholique de Louvain, Bruxelles, Belgique
2 Department of Public Health and Primary Care Katholieke Universiteit Leuven, Louvain, Belgique
Correspondance : JM Degryse

Contexte

La population d’octogénaires est hétérogène, avec des sujets robustes et d’autres à risque d’événements indésirables. Dans notre étude, nous comparons la valeur prédictive de deux instruments visant à identifier les sujets à haut risque : le phénotype de fragilité selon Fried et un test de performance physique standardisé.

Méthodes

La base de données de l’étude BELFRAIL nous fournit un échantillon représentatif de la population belge d’octogénaires, composé de 567 sujets. Des données sur l’hospitalisation ont été recueillies jusqu’à 3,0 ± 0,25 ans et sur la mortalité jusqu’à 5,1 ± 0,25 ans. Nous avons réalisé et calculé des analyses de survie, des indices de reclassification et des courbes décisionnelles.

Résultats

Les participants fragiles (phénotype de Fried) ou dans le quartile inférieur (Short Physical Performance Battery – SPPB) ont un risque de mortalité et d’hospitalisation plus élevé. Le C de Harrell et l’aire sous la courbe sont semblables (< 0,70). Les courbes de décision illustrent un bénéfice net supérieur aux stratégies par défaut pour les deux outils. Les indices de reclassification et les courbes décisionnelles ne montrent aucune différence significative entre les instruments.

Conclusion

Le SPPB est aussi performant que le phénotype de fragilité pour prédire les événements indésirables chez les octogénaires.