John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Comparaison de deux modes d’hospitalisation en gériatrie : directement grâce à une ligne téléphonique ou après un passage aux urgences Volume 16, numéro 3, Septembre 2018

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Département de gérontologie clinique, Service de gérontologie clinique, Hôpital la charité, CHU Saint-Etienne, France
2 Département d’information médicale, Centre Hospitalier Le Corbusier, Firminy, France
3 Centre ingénierie et santé, École nationale supérieure Saint-Étienne, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : sujet âgé, urgences, médecine générale, parcours de soin, hospitalisation
  • DOI : 10.1684/pnv.2018.0743
  • Page(s) : 255-62
  • Année de parution : 2018

Les hospitalisations via les services d’accueil des urgences des personnes âgées représentent en moyenne 41 % des séjours. Les médecins de ville sont conscients des effets délétères du recours aux urgences et savent que leur utilisation intensive contribue à une désorganisation de ces services. La mise à disposition d’une ligne téléphonique (hotline) permettant aux médecins de ville un accès direct à un médecin gériatre est un nouveau dispositif facilitant si nécessaire une hospitalisation directe en gériatrie mais son intérêt est encore mal évalué. Méthode : Du 1er juin 2015 au 1er juin 2016, nous avons comparé le parcours de soin des patients hospitalisés directement en court séjour de gériatrie grâce à la hotline (groupe hotline) versus le parcours de ceux passés par les urgences (groupe SAU). Résultats : 520 patients ont été inclus dans l’étude. Les durées moyennes de séjour sont significativement moins longues lors d’une hospitalisation via la hotline, 11,6 [intervalle de confiance à 95 % (IC 95%), 10,8-12,3] jours, lors d’une hospitalisation directe versus 14,1 [IC 95%, 13,5-14,7] jours lors d’un passage par les urgences (p < 0,05). Les patients entrés en court séjour par les urgences sont plus rapidement réhospitalisés. Chez les 170 patients réhospitalisés, on note une durée moyenne avant réhospitalisation de 29,5 [IC 95%, 23,6-35,4] jours chez les patients hospitalisés via la hotline, alors que ceux entrés par les urgences sont hospitalisés dans les 24,1 [IC 95%, 20,4-27,8] jours (p < 0,05). Conclusion : Cette analyse suggère que le parcours intrahospitalier des patients gériatriques directement adressés en court séjour de gériatrie grâce à une admission directe est plus court et plus efficace que le parcours par une étape intermédiaire aux urgences. Il paraît important de discuter la généralisation du dispositif de type hotline pour le fonctionnement de la filière gériatrique.