JLE

Annales françaises de médecine d'urgence

MENU

Stratification des douleurs thoraciques à faible risque ischémique : une revue parapluie en vue de son intégration dans la pratique avancée infirmière en service d’urgence Article à paraître

Illustrations

Tableaux

Auteurs
1 Service d’accueil des urgences, centre hospitalier intercommunal Aix-Pertuis, avenue des Tamaris, F-13616 Aix-en-Provence cedex 1, France
2 Service d’accueil des urgences adultes, hôpital Saint-Joseph, 26, boulevard de Louvain, F-13285 Marseille cedex 08, France
3 Faculté des sciences médicales et paramédicales, université Aix-Marseille, 27, boulevard Jean Moulin, F-13385 Marseille, France
* Correspondance : N. Tiberti

Objectif

L’objectif était de réaliser une revue parapluie de la littérature examinant les outils de stratification des patients se présentant pour une douleur thoracique suspecte d’un syndrome coronarien aigu sans élévation persistante du segment ST à faible risque en structure d’urgence.

Méthode

Pour cette revue parapluie, les revues systématiques correspondant aux critères d’inclusion ont été recherchées dans trois bases de données. Les articles ont suivi un processus de sélection ainsi qu’une évaluation de leur qualité méthodologique et de leur niveau de preuve selon les recommandations du Johanna Briggs Institute Manual for Evidence Synthesis. Selon Pieper et al, le degré de chevauchement entre les études primaires a été calculé. Les données probantes de huit revues systématiques ont ensuite été extraites grâce à un outil standardisé.

Résultats

Le score HEART faible risque avec utilisation de troponine hautement sensible permettait la sortie sécuritaire de plus d’un tiers des patients avec un taux d’évènement majeur indésirable cardiaque inférieur à 1 % (0,8%). Cet outil obtenait également une sensibilité performante (sensibilité 97% IC [88 ; 99]) et supérieure pour les composantes de mortalité et d’infarctus du myocarde. Sa valeur prédictive négative était à 0,99, ce qui fait de ce score un outil idéal pour l’exclusion d’un évènement indésirable majeur cardiaque dans la population étudiée. Les caractéristiques du score EDACs étaient également performantes. Cependant une étude de ses caractéristiques extrinsèques ainsi qu’une analyse approfondie de l’hétérogénéité clinique seraient nécessaires.

Conclusion

Cette synthèse met donc en avant la sécurité et la précision diagnostique du score HEART faible risque. Après élimination des diagnostics différentiels, la stratification des douleurs thoraciques à faible risque ischémique grâce au score de HEART pourrait permettre une sécurisation du modèle de soin innovant intégrant la pratique avancée infirmière dans les services d’urgences.