JLE

Annales françaises de médecine d'urgence

MENU

Couleur et signalétique des véhicules terrestres SMUR, l’uniformisation de demain ? Article à paraître

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4

  • Figure 5
Auteurs
1 Département de médecine d’urgence, Centre hospitalier universitaire (CHU) Brest, F-29200 Brest, France
2 Structure des urgences, Centre hospitalier (CH) d’Avranches, F-50300 Avranches, France
3 Brigade de sapeurs-pompiers de Paris, Bureau de médecine d’urgence, F-75013 Paris, France
4 CH Simone Veil, F-41000 Blois, France
5 Samu-centre 15, CH Coeur de Corrèze, F-19000 Tulle, France
6 Structure des urgences, CHU Carémeau, F-30900 Nîmes, France
7 Structure des urgences, CH intercommunal Toulon/La Seyne-sur-Mer, Hôpital Sainte-Musse, F-83100 Toulon, France
8 SAMU 93, Hôpital Avicenne, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (APHP), Université Sorbonne Paris Nord, F-93000 Bobigny, France
9 Urgences adultes, département universitaire de médecine d’urgence, CHU Dijon Bourgogne, F-21000 Dijon, France
10 Pôle urgences-SAMU-SMUR-Réanimation, CH de Niort, F-79000 Niort, France
11 Structure des urgences, SMUR, CH de Roubaix, F-59100 Roubaix, France
12 Service social des urgences, hôpital Cochin, AP-HP, F-75104, Paris, France
13 Structure des urgences, hôpital Lariboisiere, AP-HP, F-75010 Paris, France
14 Structure des urgences, Université de Strasbourg, hôpitaux universitaires de Strasbourg, Nouvel Hôpital Civil, 1, place de l’Hôpital, F-67000 Strasbourg, France
* Correspondance : A. Chenou

Les livrées des véhicules des structures mobiles d’urgences et de réanimation (Smur) ne sont pas uniformes, ce qui complique l’identification par les citoyens et engendre une inégalité dans le niveau de sécurité des équipes embarquées. En 2018, un état des lieux des véhicules légers (VL) et ambulances de réanimation (AR) a mis en évidence cette hétérogénéité. Pourtant, de nombreux textes réglementaires existent, mais sont peu appliqués car souvent jugés obsolètes, une évolution de la réglementation est essentielle. Définir le jaune (RAL 1016) comme couleur de base des véhicules Smur semble être une évidence, apportant une visibilité optimale quelques soient les conditions. Les marquages et écritures devront être limités au strict minimum et de taille adaptée afin de ne pas restreindre la lisibilité à distance. La livrée Battenberg, initialement développée au Royaume-Uni, consiste en une alternance de carreaux jaunes et verts formant un damier sur les côtés des véhicules. Ces marquages extrêmement visibles et reconnaissables sont d’ores et déjà appliqués dans de nombreux pays européens, il semble alors évident et nécessaire de les adapter aux Smur de l’hexagone. En complément de la couleur et signalétique, la signalisation sonore et lumineuse joue également un rôle capital dans la sécurité. La législation en vigueur autorise l’utilisation de feux bleus pour les véhicules d’intervention d’intérêt général prioritaire (VIGP) mais ne détaille pas leur positionnement. Aussi, au vu des risques routiers, lors des dépassements et aux intersections notamment, il est essentiel de les placer de façon réfléchie. L’utilisation de la sirène ne fait pas débat pour les véhicules d’urgence, l’ajout de tonalités complémentaires (sirène US) permettrait de faciliter l’évolution principalement dans un trafic chargé. L’application de ces recommandations, l’évolution de la réglementation et son strict respect permettrait de garantir l’identification et la sécurité des équipes embarquées.