JLE

Annales françaises de médecine d'urgence

MENU

Adaptation de l’enseignement à la charge de travail des urgences : deux minutes pour apprendre Volume 14, numéro 2, Mars-Avril 2024

Illustrations


  • Figure 1

Tableaux







Auteurs
1 Service des urgences, hôpital Beaujon, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), 100, Boulevard du Général Leclerc, F-92110 Clichy, France
2 Laboratoire des Sciences du Climat et l’Environnement (LSCE-IPSL), CNRS/CEA/UVSQ, UMR8212, Université Paris-Saclay, F-91190, Gif-sur-Yvette, France
* Correspondance : P. Vaittinada Ayar

Introduction

L’European Working Time Directive (EWTD) a préconisé la mise en place de temps pédagogiques pendant la semaine de travail. Dans un service comme les urgences avec une activité quasi permanente, un temps dédié pour la pédagogie en rassemblant un large auditoire semble inadapté. Un enseignement très court qui profiterait d’un moment de répit dans l’activité des urgences semble un moyen d’enseigner peu contraignant pour l’enseignant et pour l’auditoire. L’objectif de ce travail est de vérifier la faisabilité et l’acceptabilité d’un enseignement de 2 min sur une question précise à destination des étudiants en médecine et / ou paramédicaux.

Méthodes

Une thématique était abordée en 2 min sous forme de démonstration, de cas concrets ou d’une simple discussion. Certaines thématiques étaient soit destinées aux étudiants en médecine soit aux paramédicaux soit aux deux. Chaque item était abordé dans le service pendant 7 à 10 jours. L’évaluation de la formation a été réalisé par une échelle de Likert à l’aide d’un Google form.

Résultats

Il y a eu 84 réponses au total par 29 paramédicaux (83 %) et 6 internes (17 %). La quasi-totalité des participants était au moins d’accord sur le fait d’avoir appris, revu, et voulait s’informer en plus sur le sujet. Tous les participants pensaient que le format était adapté à la charge de travail. Dans la majorité des cas la qualité de la formation et des intervenants étaient bonnes voir excellentes. Seulement 6 (7 %) des participants n’en retiraient aucun bénéfice sur le plan cognitif.

Conclusion

Ces résultats suggèrent que la formation a été reçue très favorablement, avec un impact sur la satisfaction et l’engagement des participants. Il serait judicieux de continuer le recueil des commentaires pour affiner et améliorer la formation.