John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Systèmes d’information de surveillance en santé-environnement Volume 18, numéro 3, Mai-Juin 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
Auteurs
1 Institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS)
Direction des risques chroniques
Unité impact sanitaire et exposition
Parc ALATA BP2
60550 Verneuil-en-Halatte
France
2 Institut scientifique de service public (ISSeP)
Direction des risques chroniques
Cellule environnement et santé
200, rue du Chéra
4000 Liège
Belgique
* Tirés à part
  • Mots-clés : donnée, exposition, surveillance, système d’information
  • DOI : 10.1684/ers.2019.1307
  • Page(s) : 235-44
  • Année de parution : 2019

Un système d’information de surveillance en santé-environnement (SISSE) peut être soit un dispositif à visée d’étude pour fournir des données utiles à la priorisation d’actions de prévention, soit un dispositif d’alerte. Différentes démarches ont été développées au niveau international, avec des niveaux de maturité variables, pour fournir des systèmes d’information nécessitant une mise en cohérence de la production de données par rapport aux objectifs de surveillance et permettre ainsi leur opérationnalité dans un cadre de gestion. Cette synthèse propose d’explorer les systèmes intégrés de surveillance à travers la description d’expériences internationales. L’accès à l’information et la participation du public au processus décisionnel en matière d’environnement coïncident avec le début de la prise en compte du débat scientifique et démocratique sur la justice environnementale et sur l’articulation entre politiques sociales et politiques environnementales. Les premiers SISSE apparaissent dans ce contexte dans les années 2000 aux États-Unis et permettent l’accès et la capacité d’intégrer des données ou bases de données aux différents niveaux administratifs, de promouvoir l’interopérabilité des systèmes, d’améliorer la qualité des données produites et une meilleure intégration de la dimension environnementale dans l’ensemble des politiques. D’autres outils interactifs en ligne permettent aux utilisateurs une information facilitée pour explorer diverses dimensions de l’exposition au niveau local. Toutefois, les données spatiales utilisées à des fins de caractérisation des expositions environnementales n’ont pas toujours été initialement collationnées pour répondre à ces objectifs, ce qui entraîne des biais d’utilisation. Pour contourner partiellement ces problèmes, différentes techniques sont adoptées pour traiter spécifiquement les différentes bases de données environnementales, comportementales ou de population. Dans le contexte de l’émergence de la notion d’exposome, la territorialisation du concept à des fins de gestion nécessite le développement de nouvelles approches dynamiques, multidimensionnelles, longitudinales et la mise en place de systèmes d’information, obligeant l’adoption de méthodes transdisciplinaires pour l’analyse des données et la coordination des acteurs sur l’ensemble des niveaux administratifs.