John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Prévalence des malformations congénitales autour des centrales nucléaires/utilisation des données du registre France Centre-Est Volume 4, numéro 3, Mai-Juin 2005

Auteurs
Institut européen des génomutations, 86, rue Edmond Locard, 69005 Lyon, Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), U625, Université de Rennes-Campus de Beaulieu, 35042 Rennes cedex

But : étudier la prévalence des malformations autour des centrales nucléaires de la région Rhône-Alpes, et la comparer à celle qu’on observe dans le reste de la zone surveillée par le registre. Méthodes : les communes de moins de 50 000 habitants situées autour des centrales ayant fonctionné entre 1979 et 2002 ont été étudiées. Pour chaque commune située à proximité d’un site (n = 121), deux niveaux selon la distance au site nucléaire ont été attribués. Nous avons utilisé un modèle de Poisson avec une population de référence comportant les 2 154 communes de la région situées à une distance supérieure à 10 km d’une centrale. Des ajustements ont été faits sur l’année de naissance, l’âge maternel, le département de naissance, la densité de population, le revenu moyen par ménage et la présence ou non d’usine classée Seveso. Résultats : les résultats des tests sont non significatifs pour les malformations géniques/chromosomiques (p = 0,50) ou mineures (p = 0,14), et pour l’ensemble des malformations et la catégorie des majeures non syndromiques, un risque diminué est observé dans les zones situées à moins de 5 km d’une centrale (RR = 0,75 et RR = 0,71 respectivement). Le seul test mettant en évidence un taux de malformations plus élevé dans une population résidant à proximité d’un site concerne les communes rurales des zones situées entre 5 et 10 km d’une centrale (RR = 1,41 pour les malformations majeures non syndromiques et 1,31 pour l’ensemble des malformations). Conclusion : ces résultats peuvent être dus au seul hasard, être expliqués par l’exposition, ou par des facteurs de confusion comme le trafic routier pour les communes urbaines ou l’exposition aux pesticides pour les communes rurales.