John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Phase chantier et qualité de l’air intérieur : quel impact des processus de construction sur la santé des futurs occupants ? Volume 18, numéro 4, Juillet-Août 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
Auteurs
1 INDDIGO
4, avenue Millet
44000 Nantes
France
2 Univ Rennes, Inserm, EHESP, Institut de recherche en santé, environnement et travail (Irset)
UMR_S 1085
F-35043 Rennes
France
3 Agence qualité construction (AQC)
29, rue de Miromesnil
75008 Paris
France
* Tirés à part

Au-delà des émissions associées à chaque produit de construction, le projet ICHAQAI (impact de la phase chantier sur la qualité de l’air intérieur) s’est intéressé aux conséquences possibles des processus de construction sur la future qualité de l’air intérieur : modalités de stockage des matériaux, phasage des travaux et utilisation simultanée de différents produits, impact du confinement et de l’hygrométrie. Soutenu par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), le projet a réuni des chercheurs en santé publique et des professionnels de la construction dans un double objectif : d’une part, améliorer les connaissances, avec la recherche de facteurs de contamination spécifiques à la phase chantier ; d’autre part, apporter des solutions concrètes aux professionnels de la construction. Les résultats du projet révèlent la nécessité d’une prise de conscience des enjeux sanitaires parmi les professionnels du bâtiment. La gestion de l’humidité et les modalités de mise en œuvre des systèmes de ventilation nécessitent tout particulièrement une évolution des pratiques. ICHAQAI propose 97 actions à l’attention des professionnels. Ces actions font l’objet d’un outil d’aide à la décision sur le site de l’Agence qualité construction (AQC).