John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Mettre en pratique l’approche « Une seule santé ». Au-delà du « comment » se poser la question du « pourquoi » Volume 21, numéro 3, Mai-Juin 2022

Auteur
1 Chercheuse à la Tour du Valat – Institut de recherche pour la conservation des zones humides méditerranéennes, Le Sambuc, 13200 Arles, France
2 Rattachée à l’UMR, Mivegec (IRD/CNRS/UM), Montpellier, France
Tirés à part : M. Vittecoq

Article déjà publié dans la revue 7 d'Humanité et Biodiversité et republié avec son accord.

 

Le « pourquoi » de notre volonté de mettre en pratique l’approche « Une seule santé » peut nous sembler évident. Cependant, questionner ce sens à la croisée des différents secteurs et disciplines mis en jeu par cette approche s’avère délicat. Dans cet article, nous cherchons à comprendre ce qui sous-tend cette difficulté à répondre à une question simple en apparence. Nous soulignons notamment les divergences de définition de la santé lorsqu’elle s’applique aux humains, aux animaux ou aux écosystèmes. Nous remarquons également que, si la santé des végétaux est incluse dans l’approche « Une seule santé », elle n’y apparaît pas aussi clairement que celle des animaux, ce qui interroge notamment la place des végétaux cultivés au sein de ce concept. Suite à cette constatation, nous suggérons de représenter les liens entre les différentes santés en montrant l’emboîtement des compartiments concernés plutôt que leur simple juxtaposition. De plus, conscients qu’il n’existe pas de solution simple pour faire converger définitions et objectifs des différents secteurs impliqués, nous soulignons la nécessité d’un dialogue continu et dynamique entre les acteurs de ces secteurs. Enfin, considérant que le travail sur le vivant est par essence dynamique, nous suggérons d’accepter que les objectifs et la mise en œuvre des actions dans le cadre de la progression de l’approche « Une seule santé » soient eux aussi dynamiques.