John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Méthodes de construction de valeurs toxicologiques de référence pour les substances chimiques cancérogè;nes Volume 5, numéro 3, Mai-Juin 2006

Auteurs
École d’application du service de santé des armées (EASSA), Îlot Val de Grâce, 1, Place Alphonse Laveran, 75001 Paris cedex 5, Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset), 253, avenue du Général Leclerc, 94701 Maisons-Alfort cedex, Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), ERI n o11 Faculté de médecine 9, avenue de la Forêt de Haye, 54505 Vandoeuvre-Les-Nancy cedex

Les cancers liés à l’exposition à des substances chimiques présentes dans l’environnement constituent une source croissante de préoccupations. Si le potentiel cancérogène de nombreuses substances chimiques est reconnu, sur le plan quantitatif il existe souvent plusieurs valeurs toxicologiques de référence (VTR) pour une même substance ou au contraire aucune VTR. Cet état de fait, rendant délicates certaines évaluations quantitatives des risques sanitaires, est principalement lié à l’absence de critères méthodologiques harmonisés entre les organismes élaborant des VTR. En France, faute de méthode de construction reconnue, la construction d’une VTR pour une substance cancérogène n’est pas encadrée techniquement et le choix est guidé par le respect de critères « conventionnels ». Le présent article expose donc les principales méthodes de construction existantes au niveau international dans l’objectif de décrire les points méthodologiques les plus importants lors du choix ou de l’élaboration d’une VTR pour des substances chimiques cancérogènes.