John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

L’expertise post-accidentelle : des origines au cas du site Lubrizol/NL Logistique Volume 20, numéro 2, Mars-Avril 2021

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
Ineris
Parc technologique ALATA
60550 Verneuil en Halatte
* Tirés à part

L’expertise post-accidentelle mobilisée dans le cadre de l’incendie du site Lubrizol/NL Logistique se fonde sur un retour d’expérience d’accidents industriels construit depuis plus de 15 ans. L’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) a pris une part active à l’évolution des pratiques dans ce domaine, notamment sur la base d’études sur des situations concrètes survenues dans l’hexagone.

L’expérience acquise a montré la nécessité de renforcer la cohérence des dispositifs de gestion de l’urgence et de gestion à moyen et long termes. Au milieu des années 2000, la recherche des substances disséminées dans l’environnement ne démarrait que longtemps après un accident. Or, il est indispensable que la gestion à plus long terme et l’analyse de l’événement démarrent dès le déclenchement de l’accident, avec la réalisation de prélèvements conservatoires et la mise en œuvre d’une stratégie de prévention des risques pour la santé et l’environnement vis-à-vis des retombées, sans attendre la fin de la phase d’urgence de lutte contre un incendie et de mise en sécurité des populations. Deux difficultés ont été particulièrement mises en évidence : le besoin de caractériser des expositions qui peuvent être fugaces (air au passage d’un nuage, contamination des eaux superficielles) et le besoin de retracer l’impact d’un événement par rapport au « fond » de pollution existant. En effet, les polluants émis ne sont généralement peu spécifiques et déjà présents sur le territoire, qu’il s’agisse de produits de combustion partielle ou complète ou des produits originaux imbrûlés, même quand ceux-ci semblent spécifiques (phytosanitaires par exemple).

Des réponses ont été proposées et reprises par les services de l’État dans la circulaire du 20 février 2012 relative à la gestion des impacts environnementaux et sanitaires d’événements d’origine technologique en situation post-accidentelle, qui évoque notamment la mise en œuvre d’une cellule post-accident, et qui est accompagnée d’un guide méthodologique. L’Ineris continue aujourd’hui à réfléchir à l’approfondissement de son expertise post-accidentelle, en cohérence avec ses compétences en matière d’urgence.