John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

L’émergence des maladies infectieuses associées aux changements climatiques : défis ruraux et urbains Volume 15, numéro 4, Juillet-Août 2016

Illustrations

  • Figure 1
Auteurs
1 Directeur du Groupe de recherche en épidémiologie des zoonoses et santé publique et Directeur adjoint de l’Institut de recherche en santé publique de l’Université de Montréal
Département de sciences cliniques
Faculté de Médecine Vétérinaire
CP 5000 St-Hyacinthe
Québec
Canada J2S 7C6
2 Scientifique chercheur principal
Laboratoire national de microbiologie à Saint-Hyacinthe
Agence de la santé publique du Canada
3200 Sicotte
C.P. 5000
Saint-Hyacinthe
Québec
Canada J2S 7C6
* Tirés à part

Environ 875 maladies infectieuses affectant l’homme sont des zoonoses. Les 75 dernières années ont vu l’identification de plus de 300 maladies émergentes dont les trois quarts sont des zoonoses. L’épidémiologie de plusieurs de ces maladies et d’autres, non-zoonotiques, telles le paludisme et la dengue, semble affectée par les changements climatiques. C’est particulièrement vrai pour les maladies à transmission vectorielle, qui représentent 17 % de la charge mondiale estimée des maladies infectieuses. L’impact du climat dans certaines régions est évident pour la maladie de Lyme et le paludisme. Les événements climatiques extrêmes associés aux changements climatiques auront également un impact sur les maladies infectieuses du cheptel animal, fragilisant ainsi plusieurs communautés rurales. Il y a un besoin pressant de modéliser les effets des changements climatiques en considérant simultanément les facteurs écologiques et sociétaux. Cela nécessitera dès maintenant plus de ressources pour la surveillance et la recherche transdisciplinaire. Pour ce faire, nous avons besoin d’une approche collaborative ancrée dans le changement.