John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Le futur des expérimentations en toxicologie Article à paraître

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
Auteurs
Institut Jean Lamour
UMR CNRS 7198
Université de Lorraine
CNRS, IJL
F-54000 Nancy
France
* Tirés à part

Le domaine de recherche de la toxicologie évolue de plus en plus, devant s’adapter aux multiples enjeux amenés par notre société actuelle. Régie par des instances réglementaires et des lois, l’expérimentation n’a plus une entière liberté dans la façon de mener ses recherches. Contrairement à une époque où l’expérimentation in vivo faisait office de gold standard, les méthodes expérimentales évoluent vers un futur sans modèles animaux. Les réglementations vont dans ce sens en étoffant les lois avec des décrets incitant le plus possible à un remplacement de ces anciennes pratiques. Ces instances invoquent l’extrapolation des données interespèces non représentatives, le coût non négligeable, les effets indésirables graves survenant lors des phases tardives du développement d’un médicament ou même après la mise sur le marché, sans oublier la question éthique du bien-être animal.

Au fait des nombreuses questions posées par l’évolution de la recherche en toxicologie, il est donc essentiel de développer de nouvelles manières d’expérimenter. En se basant sur la règle des 3R (Réduire, Raffiner, Remplacer), de nouveaux modèles ont émergé. Dans un souci d’atténuer au mieux les souffrances animales et de réduire leurs utilisations, des points sont évoqués concernant la douleur, de nouvelles données d’imageries et d’explorations, ainsi que le développement des animaux transgéniques. L’arrivée des modèles in silico permet de mettre en lien les données déjà existantes et de prédire le risque toxique d’expositions à de nombreuses substances de notre environnement. Les nouvelles méthodes in vitro, concernant la culture de cellule humaine sous forme classique ou 3D, offrent des pistes d’exploration. Le développement récent d’organes sur puce nous permettrait de simuler au plus près nos organes dans leurs véritables conditions physiologiques.

Le futur de la toxicologie se profile sans expérimentation animale et répond aux besoins actuels de la société.