John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

La marée noire de l‘Erika : bilan de deux années de contrôle sanitaire exercé par la direction départementale des Affaires sanitaires et sociales (DDASS) de Loire‐Atlantique (décembre 1999 ‐‐ décembre 2001) Volume 2, numéro 1, Janvier 2003

Auteurs
Direction départementale des Affaires sanitaires et sociales, Service Santé‐environnement, 18‐22 bis, Rue Paul Ramadier, 44200 Nantes.

Contexte. Pour faire suite au naufrage du pétrolier Erika le 12 décembre 1999, le plan POLMAR Terre est déclenché en Loire‐Atlantique. Pendant deux ans, un contrôle sanitaire spécifique de certains usages est mis en œuvre et concerne les gisements naturels de coquillages, les thalassothérapies, les plages et les marais salants. Actions menées par la DDASS. Avant l‘arrivée du fioul sur les côtes, des mesures sont prises et concernent l‘organisation interne, la recherche documentaire et la réalisation de prélèvements conservatoires. Pendant les deux années qui suivent, il est procédé à la recherche des hydrocarbures totaux ou des hydrocarbures aromatiques polycycliques sur 33 gisements naturels de coquillages, 6 installations de thalassothérapie, 72 baignades en mer et dans l‘eau alimentant 2 zones de marais salants. Les valeurs mesurées sont comparées à des niveaux de qualité définis par des circulaires ministérielles après des études d‘évaluation de risque réalisées par des organismes tels que l‘Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), l‘Institut national de l‘environnement et des risques industriels (INERIS) ou l‘Institut de veille sanitaire (InVS). Résultats. 2 290 analyses sont réalisées pour un coût de 563 500 euros dans les deux ans qui suivent le naufrage, l‘implication de la DDASS correspondant à 5 ans et 6 mois d‘équivalent temps plein. Les 33 gisements naturels de coquillages font l‘objet d‘une interdiction de ramassage pendant une durée comprise entre 5 et 18 mois. Les installations de thalassothérapie ne rencontrent pas de difficultés de fonctionnement. La mise en œuvre d‘une procédure nationale de réception de l‘état sanitaire des plages a permis d‘ouvrir au public 66 plages pour la saison estivale 2000 et 71 plages en 2001 sur un total de 72. En ce qui concerne les marais salants, la production de sel respectant les recommandations de l‘AFSSA est possible en 2000 pour les paludiers qui le souhaitent, sous réserve du respect de prescriptions techniques. Un bilan de certaines modalités d‘information du public montre l‘intérêt de ne pas négliger l‘information par affichage et de s‘assurer de la façon dont le public a accès à l‘information qui lui est destinée.