John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Interventions CMEI dans des logements parisiens : facteurs de risque domestiques et santé des patients. Pathologies, évolution et compliance aux conseils Volume 22, numéro 2, Mars-Avril 2023

Illustrations


  • Figure 1

  • Figure 2

  • Figure 3

  • Figure 4

  • Figure 5

Tableaux

Auteurs
Ville de Paris - Service Parisien de Santé Environnementale, 11, rue George Eastman, 75013 Paris, France
* Tirés à part : K. Ramgolan

Des audits de conseil en environnement intérieur sont réalisés sur prescription médicale dans les logements de patients quand un rôle de l’environnement domestique est suspecté dans l’apparition ou l’aggravation de leurs pathologies. Cette étude présente les facteurs de risque identifiés dans 386 logements parisiens (2015-2019), les pathologies principales des 442 patients bénéficiaires, l’évolution de leur état de santé après audit, et leur observance vis-à-vis des conseils donnés pour réduire les expositions domestiques.

Au moins 50 % des logements audités présentent des signes d’humidité, un système de ventilation défectueux ou absent, une suroccupation ou des moisissures visibles. Ces dernières sont plus fréquentes (p < 0,05) dans les logements avec des signes d’humidité, une suroccupation, une précarité énergétique, une ventilation défectueuse ou absente, des infestations d’insectes et/ou rongeurs, dans les logements occupés par des non-propriétaires, et ceux situés au rez-de-chaussée.

Les logements de patients avec asthme (53 % des patients) se distinguent par une fréquence plus élevée de suroccupation et de précarité énergétique, et ceux des patients avec une pneumopathie interstitielle diffuse (13 % des patients) par une fréquence moindre de moisissures visibles, par rapport aux logements de patients ayant une pathologie autre que celles des voies respiratoires inférieures (17 % des patients).

Après audit, une amélioration, partielle ou totale, de l’état de santé est perçue et déclarée par 42 % des patients et rapportée par 50 % des médecins. Au total, 92 % des patients déclarent avoir appliqué, totalement ou partiellement, les conseils donnés pour réduire les expositions domestiques. Trouver l’origine des symptômes et améliorer la qualité de vie sont des attentes vis-à-vis de l’audit exprimées par la moitié des patients, et le relogement par 28 % des patients. Les patients avec une aggravation de leur état de santé sont les moins nombreux à déclarer avoir appliqué les conseils et les plus nombreux à exprimer une attente de relogement.