JLE

Environnement, Risques & Santé

MENU

Identification des informations intégrables aux dossiers médicaux informatisés afin d’améliorer la coordination entre les médecins généralistes et le personnel médical appelé en cas d’inondations Volume 23, numéro 2, Mars-Avril 2024

Tableaux

Auteurs
Société scientifique de médecine générale (SSMG) 8, rue de Suisse 1060 Saint-Gilles Belgique
* Tirés à part : C. Nguyen

Avec le réchauffement climatique, la Belgique sera de plus en plus confrontée aux inondations. Celles-ci s’accompagnent de complications sanitaires chez les patients fragiles. Cela est couplé à la difficulté d’assurer la continuité des soins car les dégâts matériels sont tels que le système de soin de première ligne local est rendu hors service pendant plusieurs semaines. C’est pourquoi nous avons cherché quels outils informatiques en place pourraient être utiles afin d’améliorer la continuité des soins en cas d’inondations et comment prioriser la prise en charge des populations fragiles dans le but de diminuer la mortalité post-traumatique.

Nous avons réalisé une recherche qualitative au moyen d’entretiens semi-dirigés avec différents profils d’experts impliqués dans la gestion sanitaire des inondations.

Afin d’améliorer la continuité des soins en cas d’inondations, les médecins interrogés ont proposé la création d’un moteur de recherche croisant des données géographiques avec des critères de fragilités sanitaires spécifiques aux inondations et des critères socio-démographiques afin de cibler les patients les plus à risque de subir des conséquences graves d’un tel événement en fonction de l’intensité du phénomène. Afin d’en optimiser l’utilisation, l’idéal serait de l’intégrer aux logiciels utilisés quotidiennement par les médecins généralistes ainsi que d’avoir un encodage systématisé des données. Cet outil serait couplé à un système d’alerte afin de prévenir le médecin et les proches de ces patients exposés.

L’élaboration d’un tel outil nécessite d’anticiper les besoins en cas d’inondations et de former les acteurs de première ligne à l’utiliser au quotidien. Plusieurs projets sont en cours dans ce sens et des outils fonctionnels existent déjà en Belgique. L’idéal serait d’avoir un outil commun aux trois communautés belges afin que les aides extérieures puissent être opérationnelles directement. Il pourrait également être intéressant d’étendre la réflexion aux autres événements climatiques imprévisibles.