John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Hiérarchisation de contaminants anthropiques semi-volatils pour l’étude des risques. Le cas des retardateurs de flamme organophosphorés Volume 18, numéro 3, Mai-Juin 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
Univ Rennes, EHESP, Inserm, Irset (Institut de recherche en santé environnement et travail) – UMR_S1085
15, avenue du Professeur-Léon-Bernard
CS 74312
35043 Rennes Cedex
France
* Tirés à part

En santé environnementale,la question de la mesure de l’exposition pour étudier les risques sanitaires est un véritable challenge. Qu’elle se décline par la mesure des contaminations des milieux en contact avec l’homme ou de biomarqueurs dans les matrices biologiques, la principale incertitude concerne le choix des composés à prendre en compte. L’objectif de ce travail est de développer une approche de hiérarchisation pour choisir les composés organiques semi-volatils à prendre en compte lors de l’étude des risques sanitaires liés à l’environnement. L’approche est appliquée au cas des retardateurs de flamme organophosphorés (OPFR), substances qui ont progressivement remplacé les retardateurs de flamme bromés mais pour lesquelles peu de données d’exposition et de toxicité sont encore disponibles aujourd’hui. Compte tenu de ce manque de données, la méthode de hiérarchisation est basée sur une approximation de l’exposition humaine, reflétée par un score combinant la capacité exposante (dépendant de propriétés physico-chimiques telles que pression de vapeur ou coefficients de partage octanol-eau et octanol-air) avec la prévalence de l’exposition (dépendant en partie du tonnage de production ou d’importation à l’échelle européenne). Quatre-vingt-quinze OPFR sur les 98 identifiés ont été hiérarchisés sur cette base. Cette méthode a permis de classer de nombreuses substances, car elle est fondée sur des données largement disponibles. Si aucune information toxicologique n’a été prise en compte dans le calcul du score pour ne pas se restreindre aux substances les plus connues, celles-ci peuvent néanmoins être utilisées en seconde approche pour sélectionner des OPFR pour lesquels l’exposition ne serait pas importante (donc classés en fin de liste dans l’approche proposée). La méthode est par ailleurs largement généralisable à d’autres familles de composés semi-volatils.

Licence Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International