John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Exposition aux « cocktails » de pesticides : quels impacts sur la santé ? Volume 19, numéro 2, Mars-Avril 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
Auteur
Toxalim (Research Centre in Food Toxicology)
INRA-Toulouse University UMR 1331
Integrative Toxicology and Metabolism
180, chemin de Tournefeuille
31300 Toulouse
France
* Tirés à part

L’exposition aux pesticides, qu’elle soit professionnelle ou environnementale, pose un problème de santé publique. De nombreuses études épidémiologiques montrent que l’exposition professionnelle aux pesticides est corrélée positivement à un risque accru de développer certaines pathologies. Les études épidémiologiques réalisées chez les consommateurs d’aliments issus de l’agriculture biologique, dont les teneurs en pesticides sont sensiblement réduites, montrent une relation inverse avec l’incidence des maladies métaboliques et les taux de certains cancers. Les études expérimentales apportent des arguments quant à la plausibilité du lien pesticide-santé.

Les pesticides sont des composés biologiquement actifs capables individuellement d’exercer des effets spécifiques sur différentes cibles ayant un rôle primordial dans le fonctionnement cellulaire et par extension dans les grandes fonctions physiologiques de l’organisme. Le consommateur est exposé à de faibles doses de pesticides mais à un mélange de ces composés. Dans un mélange, les pesticides peuvent interagir entre eux et induire des effets synergiques. La base des interactions entre pesticides est un phénomène complexe impliquant un réseau de cibles et de mécanismes à différents niveaux, à l’échelle de la cellule et de l’organisme. Ainsi, la prédiction des effets cocktails est aujourd’hui difficile à réaliser, compte tenu de la diversité des effets des pesticides, des niveaux d’interactions et des capacités d’adaptation et de réponses biologiques de l’organisme.

Dans une étude publiée récemment nous montrons qu’un cocktail de six pesticides présents dans l’alimentation induit, chez la souris exposée pendant un an à des doses non toxiques, des perturbations métaboliques (diabète et surpoids) uniquement chez les mâles. Chez les femelles exposées, on observe un impact sur le statut oxydoréducteur hépatique et sur le microbiote. Ainsi, les pesticides à des doses considérées comme non toxiques peuvent avoir un impact sur la physiologie de l’organisme lors d’une exposition chronique de ces composés en mélange.