John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Évaluation in vitro de la génotoxicité des hydrocarbures aromatiques polycycliques purs ou en mélange Volume 13, numéro 4, Juillet-Août 2014

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Univ. Grenoble Alpes
INAC, LCIB, LAN
17 rue des Martyrs
38054 Grenoble cedex 9
France
2 CEA, INAC, SCIB, LAN
17 rue des Martyrs
38054 Grenoble cedex 9
France
3 Université Joseph Fourier
UFR de médecine
CHU de Grenoble
Laboratoire TIMC (UMR CNRS 5525)
Équipe EPSP Environnement et Prédiction de la Santé des Populations
Domaine de la Merci
3870 La Tronche
France
* Tirés à part

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) sont des polluants retrouvés en milieu urbain ou dans de nombreuses industries. Certains HAP étant cancérigènes, nous sommes intéressés, dans des études in vitro à caractériser leur génotoxicité, en particulier le stress oxydant et les adduits à l’ADN. La formation d’adduits après exposition au benzo[a]pyrène (B[a]P) est fortement dépendante du type cellulaire : alors que dans les hépatocytes HepG2 celle-ci est proportionnelle à la dose, elle passe par un maximum aux faibles concentrations dans les cellules A549 de poumons, et elle n’est pas mise en évidence dans les cellules T24 de vessie. Les dommages oxydatifs restent quant à eux peu fréquents. La génotoxicité de mélanges synthétiques simples ou d’extraits de prélèvements réels, étudiée dans les hépatocytes, est caractérisée par des effets d’inhibition ou de potentialisation. Ainsi, à concentration de B[a]P identique, la quantité d’adduits produite est très différente entre un prélèvement en industrie riche en HAP, et un prélèvement urbain, contenant moins d’HAP mais plus d’autres types de polluants. Cela explique également que la part des dommages oxydatifs est plus importante dans ce dernier cas. Ces observations illustrent la difficulté de prédire le risque associé à l’exposition aux mélanges de HAP.