John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Effet des faibles doses : preuves et inférences Volume 9, numéro 4, Juillet-Août 2010

Auteur
Ineris Direction des risques chroniques Parc technologique Alata BP 2  60550 Verneuil-en-Halatte France

Discuter la réalité d'effets dus à des expositions aux « faibles doses » est un impératif en santé-environnement. Toutefois, les « faibles doses » sont mal nommées car il ne s'agit pas d'une « faible quantité de dose », mais d'une « dose à faible effet », de par l'absence d'observations répétées et systématiques au-dessus des seuils conventionnels de significativité statistique dans les systèmes disponibles (données animales, épidémiologie, in vitro…). Encore faut-il préciser que par « faibles » on entend « difficilement décelables », et non faibles dans l'absolu, car de faibles excès de risque individuels peuvent être importants sur de grandes populations, tout en restant non décelables par les outils épidémiologiques. Ce texte approfondit la notion de « dose à faible effet », sous l'angle toxicologique et épidémiologique. Il précise une démarcation – fragile – pour les « doses à faibles effets ». Il décrit ensuite les inférences permettant de prédire le risque en deçà des valeurs et en dehors des domaines étudiés pour établir la réalité d'un danger et les coefficients de risque. Il passe en revue les opérations d'inférence scientifique qui sont effectuées, et les façons d'estimer la confiance à leur accorder. Les catégories sont les suivantes : extrapolation, analogies, transpositions. Elles peuvent être caractérisées, par exemple par des « distances d'extrapolation ». Elles peuvent être fondées sur des mécanismes et modèles (toxicocinétique, QSAR [quantitative structure activity relationship], etc.), et ce de mieux en mieux grâce aux progrès de la connaissance des mécanismes en toxicologie prédictive. Ainsi, des inférences restent nécessaires en santé publique, quand on part de données acquises à des doses plus élevées sur des populations spécifiques, pour estimer des impacts sur d'autres populations ou d'autres substances. Les éléments permettant d'argumenter la démarche et de lui fournir une assise scientifique sont devenus plus nombreux et la rigueur de l'approche y a beaucoup gagné.