John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Eau du bassin versant de la Menoua (Cameroun) et pollution agricole : risque chimique inhérent à sa consommation Volume 21, numéro 2, Mars-Avril 2022

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5
  • Figure 6
  • Figure 7

Tableaux

Auteurs
1 Département sciences alimentaires et nutrition
ENSAI, Université de Ngaoundéré
BP 455
Ngaoundéré
Cameroun
2 Département chimie appliquée
ENSAI
Université de Ngaoundéré
BP 455
Ngaoundéré
Cameroun
* Tirés à part

L’eau est une richesse naturelle vitale et inestimable, particulièrement présente au Cameroun et dans le département de la Menoua en l’occurrence. Cependant, cette abondance n’est pas illimitée et ne constitue pas un gage en soi de la disponibilité ou de l’accessibilité de la ressource pour l’alimentation humaine. Malheureusement, les populations du bassin versant de la Menoua, comme partout ailleurs au Cameroun, ont été longtemps inconscientes de ces réalités. Ainsi, la qualité des ressources hydriques s’est fortement détériorée avec le passage à l’agriculture de seconde génération, plutôt orientée vers l’utilisation abusive et non contrôlée des engrais. Dans le but d’évaluer l’impact des engrais utilisés par les agriculteurs sur lesdites ressources et estimer le niveau de risque sanitaire des populations exposées, nous avons procédé à l’analyse des paramètres chimiques (nitrates, nitrites, ammonium, orthophosphates et sulfates) faite sur 132 échantillons prélevés dans 33 sites sur deux saisons : sur chaque site, deux prélèvements en saison sèche et deux autres en saison pluvieuse ont été analysés. Les résultats ont révélé une pollution azotée et phosphatée des eaux du bassin. Ceci est confirmé par des concentrations moyennes élevées par rapport aux normes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en nitrites (5,68 mg/L), ammonium (7,03 mg/L), et en orthophosphates (1,49 mg/L). Ces valeurs traduisent l’évidence d’une pollution agricole. Le quotient de danger ou le rapport concentration en polluants dans l’eau/norme de qualité de l’eau potable (Cn/Nq) évalué est supérieur à 1 pour les nitrites, ammonium et orthophosphates. Les populations concernées sont donc exposées aux risques sanitaires liés à la consommation de cette eau. Cela constitue un problème de santé publique et nécessite la sensibilisation des pouvoirs publics et de la société.