John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Changement climatique et santé : opinions des médecins généralistes et des patients en Polynésie française Volume 21, numéro 6, Novembre-Décembre 2022

Illustrations

  • Figure 1.
  • Figure 2.
  • Figure 3.

Tableaux

Auteurs
1 Université de Rennes Faculté de médecine Département de médecine générale 2, Av. du Professeur Léon Bernard F-35000 Rennes France <mariewalter@wanadoo.fr> <laure.fiquet@univ-rennes1.fr> <arnaud.maury@univ-rennes1.fr>
2 Université de Rennes CHU de Rennes CIC Inserm 1414 (Centre d’investigation clinique de Rennes) 2, avenue du Professeur Léon Bernard F-35000 Rennes France
* Tirés à part : M. Walter

Contexte

Le changement climatique (CC) représente une menace pour la santé dans le monde. L’opinion des médecins généralistes et des patients sur le lien entre CC et santé n’est pas connue en Polynésie française (PF).

Objectifs

L’objectif principal était de décrire les perceptions des médecins généralistes et des patients sur le CC et ses impacts sur la santé. L’objectif secondaire était d’étudier le rôle possible du médecin généraliste face au CC.

Méthodes

Le terrain d’étude comprend les îles de Tahiti et de Moorea en PF. Soixante-quatre médecins généralistes tirés au sort exerçant en cabinet ou dispensaire ont reçu un questionnaire papier. Dans sept cabinets de médecine générale et dispensaires tirés au sort, 114 patients ont été interrogés avec un questionnaire papier. Les questionnaires médecins et patients sont issus d’une étude en langue anglaise et traduits en français.

Résultats

Quarante-huit questionnaires médecins (75 %) et 90 questionnaires patients (79 %) ont été analysés. Une majorité de patients (53 %) disaient n’avoir jamais réfléchi au lien entre CC et santé. Ils déclaraient avoir une grande confiance en leur médecin généraliste (83 %), mais seuls 13 % d’entre eux avaient déjà discuté de santé environnementale avec leur médecin. Parmi les médecins, 56 % estimaient qu’il faut prendre en compte le CC actuel et à venir dans la prise en charge des patients. Ils anticipaient d’ici 10-20 ans une augmentation significative de l’impact du CC sur sept parmi neuf pathologies sensibles au climat. Si 46 % des médecins généralistes pensaient qu’ils ont un rôle actif à jouer dans la lutte contre le CC auprès de leur patientèle, 44 % d’entre eux étaient sans avis.

Conclusion

Les médecins généralistes de Tahiti et Moorea et leurs patients sont préoccupés par les impacts du CC sur la santé mais n’abordent pas ce sujet en consultation. Une méthode qualitative permettrait d’explorer les représentations des médecins et des patients sur le lien entre CC et santé.