John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Changement climatique et santé Volume 14, numéro 5, Septembre-Octobre 2015

Auteur
468, chemin des Fontaines
83470 Saint-Maximin la Sainte-Baume
France
* Tirés à part
  • Mots-clés : changement climatique, évaluation des impacts sur la santé, morbidité, mortalité, santé publique
  • DOI : 10.1684/ers.2015.0813
  • Page(s) : 394-414
  • Année de parution : 2015

Il y a désormais des preuves solides que le climat de la terre est en train de changer à un rythme rapide, pour l’essentiel en raison de l’accroissement des émissions de gaz à effet de serre par les activités humaines. Tout porte à penser que la tendance s’accentuera dans les décennies qui viennent. Depuis quelque temps, la question des impacts directs et indirects de ce changement climatique sur la santé publique suscite un vaste débat. Cependant, il n’est jamais facile de séparer le plausible de l’improbable, ce qui relève de la science de ce qui est désinformation ou parti pris militant. L’objet du présent article est de faire le point des connaissances et des hypothèses sur le sujet, en mettant l’accent sur les aspects qui ont connu des avancées significatives depuis 2012. Les effets directs sur la santé font avant tout intervenir le stress thermique dû à l’accroissement de la fréquence, de l’intensité et/ou de la persistance des canicules, avec leur cortège d’hyperthermies, de coups de chaleur et de maladies cardiovasculaires ou respiratoires. La baisse de la mortalité due au froid ne saurait compenser la recrudescence de la mortalité due à la chaleur. D’autres phénomènes météorologiques extrêmes, tels que longues sécheresses, violentes tempêtes, pluies diluviennes ou cyclones tropicaux, peuvent également provoquer blessures ou décès. Quant aux effets indirects, ils passent par l’altération des écosystèmes, par des perturbations de la production alimentaire et de la disponibilité en eau potable, par la dégradation de la qualité de l’air et par diverses conséquences sur les maladies infectieuses, spécialement les maladies à vecteurs. La conclusion est que la nature et l’ampleur des impacts potentiels du changement climatique varieront beaucoup à la surface du globe, en fonction du type de climat, du contexte socio-économique, de la structure démographique et de la résilience des différents pays.