John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Approvisionnement en eau potable, qualité de la ressource et risques sanitaires associés à Korhogo (Nord-Côte d’Ivoire) Volume 14, numéro 3, Mai-Juin 2015

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
1 Centre suisse de recherches scientifiques en Côte d’Ivoire
Km 17 route de Dabou
Adiopodoumé
Yopougon
01 BP 1303
Abidjan
Côte d’Ivoire
2 Université Félix Houphouët Boigny
01 BP 1303
Abidjan 01
Côte d’Ivoire
3 Université Péléforo Gon Coulibaly
Korhogo
01 BP 1303
Abidjan 01
Côte d’Ivoire
4 Université Nangui Abrogoua
01 BP 1303
Abidjan 01
Côte d’Ivoire
5 Institut tropical et de santé publique suisse
Université de Bale
Socinstrasse 57
Postfach
CH-4002 Bale
* Tirés à part

L’accès à l’eau potable et à un cadre de vie sain dans les pays en développement est un grand défi et cette situation a été accentuée dans la ville de Korhogo (Côte d’Ivoire) par une forte variabilité climatique au cours de la décennie 2000-2010. Les objectifs de cette étude sont de (i) caractériser les différents modes d’accès à l’eau dans la ville de Korhogo, (ii) déterminer les facteurs environnementaux et sociosanitaires qui affectent la disponibilité et la qualité de l’eau et (iii) évaluer les risques sanitaires associés à l’utilisation de ces eaux. Deux enquêtes transversales par questionnaires couplées à deux enquêtes géographiques ont été conduites en 2010 auprès de 600 ménages, respectivement en saison sèche et pluvieuse. Une enquête sanitaire et des analyses d’échantillons d’eau de puits et de barrage ont été réalisées. L’analyse quantitative des risques microbiens (QMRA) a été utilisée pour quantifier le risque sanitaire associé à Escherichia coli et Giardia lamblia. Les résultats indiquent qu’à Korhogo, les eaux usées stagnantes et les dépôts sauvages d’ordures ménagères constituent des facteurs de risques potentiels de contamination des eaux de puits, qui représentent la principale source d’alimentation en eau potable des ménages (respectivement 60 % et 65 % en saison pluvieuse et sèche). La QMRA montre qu’il existe un risque d’infection lié à E. coli aussi bien pour les eaux de puits que pour les eaux de barrage. Le nombre probable de sujets infectés par an est de 2 002, 1 280, 59 et 24 respectivement pour la consommation d’eau de puits, le maraîchage, la pêche et la baignade. Les résultats de cette étude peuvent permettre de guider la mise en place de stratégies intégrées d’atténuation des risques sanitaires liés au déficit d’approvisionnement en eau potable et d’hygiène à Korhogo, risques qui pourraient s’aggraver avec les changements climatiques observés.