JLE

Epilepsies

MENU

Etude des connaissances et des attitudes en matière d’épilepsie en milieu scolaire à Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) Volume 13, numéro 2, Avril - Mai - Juin 2001

Auteurs
Souro Sanou, BP 676, Bobo-Dioulasso, Burkina Faso.

Au Burkina Faso, la prévalence de l’épilepsie est estimée à environ 16 pour 1 000 habitants. Une enquête conduite en milieu scolaire à Bobo-Dioulasso a intéressé 416 élèves. Bien qu’ayant déjà entendu parler d’épilepsie pour 97 % des élèves interrogés, seulement 7 % des élèves ont retrouvé au moins 2 signes importants de l’épilepsie. Dans 14 % des cas, les élèves relient l’épilepsie à une lésion du cerveau et dans 26 % des cas à des crises sans que la cause en soit précisée. L’épilepsie est considérée comme héréditaire pour 31,9 % des répondants, transmissible par la salive (51,6 %), le contact physique (11,5 %). C’est une maladie grave pour 91,6 % des élèves. Pour 36,5 % des élèves, l’épilepsie n’est pas curable. Elle relèverait de la médecine traditionnelle pour 49,53 % des réponses et de la médecine moderne pour 39,25 %. Face à un épileptique connu, la peur, la méfiance et la compassion sont les sentiments dominants. Le faible niveau de connaissance de cette maladie et le manque d’informations rationnelles pourraient expliquer l’attitude de ces élèves envers l’épilepsie. Des actions de sensibilisation pourraient être menées dans ce milieu pour éviter la stigmatisation et le rejet de cette maladie.