JLE

Epilepsies

MENU

Crises fébriles et cytokines : connaissances physiopathologiques Volume 22, numéro 4, Décembre 2010

Auteurs
Inserm, U676, Paris, Université Paris 7, Faculté de médecine Denis-Diderot, Paris, Service de neurologie pédiatrique, Hôpital Robert-Debré, 48, boulevard Sérurier, 75935, Paris cedex 19

Les crises fébriles (CF) concernent 2 à 5 % des enfants. Elles sont la cause la plus fréquente de crises épileptiques de l'enfant. La physiopathologie des CF n'est pas complètement comprise. Une prédisposition génétique, la présence d'une réponse inflammatoire, l'éventuelle modification de la température corporelle et un cerveau immature semblent être les « ingrédients du cocktail » participant à l'apparition de CF. Les CF posent deux problèmes : la récurrence chez 30 % des patients et, pour certains, les CF prolongées sont un facteur de risque de développer une épilepsie du lobe temporal (ELT) à l'âge adulte. Une meilleure connaissance physiopathologique permettrait d'identifier des cibles thérapeutiques que ce soit pour prévenir les récurrences de CF ou pour proposer une neuroprotection de l'apparition d'une ELT. Les données actuelles ont mis en évidence que l'inflammation est un facteur clé dans la genèse des CF et dans l'épileptogenèse qui fait suite à certaines CF. Nous abordons ici les données cliniques, génétiques et expérimentales disponibles. Actuellement, c'est l'IL1β qui a été identifiée comme facteur le plus souvent impliqué.