JLE

Douleur et analgésie

MENU

Peut-on protocoliser l’ostéopathie ? Doit-on toujours manipuler L5 en cas de sciatalgie type L5 ? Article à paraître

Illustrations


  • Figure 1
Auteurs
1 Cabinet d’ostéopathie, 23, quai Jules-Ferry centre-ville, F-98800 Nouméa, Nouvelle-Calédonie, France
2 Unité d’évaluation et de traitement de la douleur (UETD), centre hospitalier territorial (CHT) Gaston-Bourret, 110, boulevard Joseph-Wamytan, F-98835 Dumbéa-sur-mer, Nouvelle-Calédonie, France
* Correspondance : M. Bœuf

La lombosciatalgie est un vrai problème de santé publique. Les programmes de gestion de la douleur utilisent aujourd’hui des traitements médicamenteux élargis aux traitements non médicamenteux. Le traitement par manipulation ostéopathique (OMT) est présenté ici : une étude sur 48 patients souffrant de sciatalgie type L5 et traités par ostéopathie. Le traitement a consisté en un Protocole Ostéopathique en 2 séances (PO2S), élaboré au centre antidouleur de Nouméa (Nouvelle-Calédonie), dans lequel la manipulation de L5 est réalisée uniquement à la seconde séance. Sur 48 patients inclus, 46 ont été traités, 41 ont été guéris ou améliorés à un an du traitement en deux séances (89 %), et 28 ont été guéris ou améliorés dès la première séance (61 %). En cas de sciatalgie type L5, le traitement ostéopathique local a parfois pour but la manipulation ostéopathique de la vertèbre L5. Nous pensons que ce traitement manipulatif local est délicat en première intention, l’inflammation L5 étant souvent secondaire à des dysfonctions ostéopathiques proches ou distantes.

Conclusion

Cette première étude du projet de recherche PO2S suggère que la protocolisation de l’ostéopathie est possible, que l’ostéopathie a sa place dans le traitement des sciatalgies type L5, et qu’il n’est pas nécessaire de manipuler L5 dans 61 % des cas. Des études randomisées devront confirmer ces hypothèses.