JLE

Douleur et analgésie

MENU

Incidence, caractéristiques et facteurs de risque des douleurs chroniques postcésariennes à l'hôpital Yalgado Ouédraogo au Burkina Faso Volume 30, numéro 2, Juin 2017

Tableaux


  • Tableau 1

  • Tableau 2

  • Tableau 3

  • Tableau 4

  • Tableau 5
Auteurs

Objectif

Étudier l'incidence, les caractéristiques et facteurs de risque des douleurs chroniques postcésariennes (DCPC) à l'hôpital Yalgado.

Patientes et méthodes

Un questionnaire était administré par appel téléphonique à 204 patientes aux sixième, neuvième et douzième mois après une césarienne. Les questions portaient sur la présence de douleurs cicatricielles, leurs caractéristiques et leurs répercussions sur la vie des patientes. L'enrôlement s'est fait durant la consultation du 45e jour postopératoire, a duré deux mois, et les données cliniques, chirurgicales et anesthésiques étaient recueillies rétrospectivement. Le questionnaire de suivi de la douleur leur a été expliqué pendant l'enrôlement, puis ultérieurement administré par le même enquêteur. Après une analyse descriptive de la population étudiée avec Epi Info version 3.3.1, une comparaison des patientes avec et sans DCPC était effectuée afin de mettre en évidence les facteurs de risque.

Résultats

Sur 204 patientes incluses, 113 (55,4 %) ont terminé l'étude et 91 patientes ont été perdues de vue. Au total, 72 femmes (63,7 %) ont rapporté des DCPC à un moment ou l'autre de leur suivi. Les perdues de vue étaient comparables aux patientes suivies. La fréquence des DCPC diminuait au fil du temps, passant de 63,7 % à six mois (15,2 % de douleur modérée à sévère) à 52,21 % au neuvième mois et 38,9 % au 12e mois (4,5 % de douleur modérée à sévère). Le jeune âge (OR : 1,48, p = 0,002), l'antécédent de césarienne (OR : 2,94 ; p = 0,01), les chirurgiens en formation (OR : 4,15, p = 0,05), l'incision Pfannenstiel (OR : 5,96, p = 0,001), l'anesthésie générale (OR : 3,21, p = 0,03) sont les facteurs de risque associés à des DCPC, alors que la rachianesthésie (OR : 0,4, p = 0,009) protégeait contre la DCPC. L'intensité médiane était de 1,7 au sixième mois, de 1,03 au neuvième mois et de 0,85 au 12e mois. La douleur était modérée dans 51,38 % des cas au sixième mois contre 18,18 % au 12e mois. La douleur était intermittente (59,7 %) ou permanente (16,6 %) au sixième mois versus respectivement 86,3 et 4,5 % au 12e mois. L'intensité de la douleur diminuait dans le temps. La majorité des femmes (89,2 %) s'automédiquaient, et 3,2 % ont présenté des troubles du sommeil.

Conclusion

Les DCPC sont fréquentes dans notre série et souffrent d'un manque de prise en charge médicale.