JLE

Douleur et analgésie

MENU

Cours supérieur — Mécanismes d'expression et de régulation des gènes comme déterminants de la douleur chronique Volume 36, numéro 4, Décembre 2023

Tableaux


  • Tableau 1
Auteurs

L'information génétique d'un individu est stockée dans la double hélice d'ADN. Lors de la transmission du matériel génétique à la descendance, il existe un risque pour que des mutations, associées ou non à des pathologies, soient également ajoutées ou transmises. On sait désormais que divers gènes codant notamment pour des récepteurs et enzymes jouent un rôle majeur dans la sensibilité, la perception et l'expression de la douleur, et que des mutations dans la région codante ou régulatrice de ces gènes peuvent rendre certaines personnes plus susceptibles de développer des douleurs chroniques. Le contrôle spatiotemporel de l'expression des gènes est essentiel pour assurer la transcription des ARNm et la biosynthèse des protéines qui s'ensuit. Les mécanismes de régulation de cette expression représentent un des fondements de la génétique cellulaire. L'émergence de la notion d'épigénétique a amené deux nouveaux paramètres fondamentaux participant à la régulation des gènes : la méthylation de l'ADN et les modifications posttraductionnelles des histones. Ici, nous passerons en revue le processus général d'expression des gènes, la dynamique des séquences promotrices et/ou cis-régulatrices, ainsi que les déterminants moléculaires majeurs de l'expression/répression des gènes. Nous résumerons les différentes méthodes statistiques et analytiques utilisées pour identifier les gènes susceptibles d'être liés à des traits phénotypiques spécifiques. Enfin, nous introduirons les concepts de l'épigénétique et la manière dont les conditions environnementales peuvent induire au niveau du génome une réponse adaptative de l'organisme. Ces concepts seront illustrés par des exemples applicables au champ d'études de la douleur.