JLE

Douleur et analgésie

MENU

Catégorisation nosographique et iatrogénie Volume 21, numéro 3, Septembre 2008

Auteur

Sans doute existe-t-il de multiples façons d’aborder la question du statut de la parole en médecine. La médecine est en effet aussi une pratique langagière, narrative, qui ne saurait donc être entièrement prise dans la science biologique. C’est l’aspect très particulier de l’iatrogénie de la parole qui permet ici de parcourir un trajet allant du point de vue du médecin au point de vue du malade. L’hypothèse avancée suggère qu’afin de contourner la difficulté narcissique qu’il y aurait eue à parler d’actes « nuisibles au patient du fait du médecin », la médecine a eu recours à un procédé de masquage langagier en parlant d’&laiatrogénie». Procédé analogue au recours qui est le sien, en algologie, au diagnostic somatique afin de ne pas nommer l’angoisse, ce qui supposerait une « déconstruction » de certaines situations de détresse globale et, avec elles, de certains diagnostics iatrogènes. Pathologisation, médicalisation, somatisation: ou comment l’ordre du discours (médical) peut parfois accentuer ou maintenir un destin « en souffrance »…