John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Vieillissement et oncogériatrie Volume 95, supplément 8, FMC Oncogériatrie

Auteurs
Service de gériatrie, Hôpital européen Georges Pompidou, 20, rue Leblanc, 75015 Paris

L’âge d’un malade n’est jamais le facteur exclusif d’une décision d’intervention thérapeutique, tant l’espérance de vie dans le grand âge a énormément progressé ces dernières années. C’est bien évidemment l’état de santé du patient qui guide la stratégie thérapeutique. Dans le grand âge, celui-ci est le fruit de facteurs génétiques, du parcours de vie et du vieillissement. Ce dernier facteur est un mécanisme adaptatif toujours pertinent pour la survie, parfois au prix d’une désadaptation fonctionnelle. Ces processus, ajoutés à la morbidité, sont responsables d’un état de fragilité dont l’évaluation est essentielle pour accompagner les soins spécifiques de chaque pathologie. Cette évaluation doit être systématique et multidimensionnelle pour tous les malades âgés, en particulier pour ceux atteints de cancer. Bien qu’actuellement aucun essai d’intervention n’ait été mené chez les malades âgés cancéreux, il est hautement probable qu’une intervention guidée par les conclusions d’une évaluation gériatrique améliore le pronostic, en termes de mortalité, morbidité, autonomie et qualité de vie. Cela plaide pour une étroite collaboration entre oncologues et gériatres.