John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Thérapie cellulaire dans les tumeurs solides Volume 88, numéro 1, Janvier 2001

Auteur
Institut Bergonié, Centre régional de lutte contre le cancer, 180, rue de Saint-Genès, 33076 Bordeaux Cedex.
  • Page(s) : 91-100
  • Année de parution : 2001

La thérapie cellulaire correspond au transfert de cellules immunitaires aux propriétés antitumorales à un hôte porteur d'une tumeur. Les cellules peuvent induire un effet thérapeutique soit directement par un contact direct avec la cible, soit indirectement par la libération de substances douées d'activité tumoricide ou le recrutement d'autres cellules immunocompétentes ou cytotoxiques. Les données précliniques confortent la capacité d'induire une réponse antitumorale en utilisant des cellules immunocompétentes activées en général ex vivo ou modifiées. De nombreux essais cliniques ont par la suite évalué les possibilités thérapeutiques des lymphokines activated killer cells (LAK), des tumor infiltrating lymphocytes (TIL), des macrophages activated cells (MAC) et, plus récemment, des cellules dendritiques et des lymphocytes T cytotoxiques. De ces résultats, il faut distinguer l'enjeu thérapeutique qui peut privilégier une immunité très ciblée sur des antigènes tumoraux connus grâce à des cellules immunocompétentes produites vers des cibles spécifiques, qui a permis d'obtenir des résultats thérapeutiques encourageants, mais pour une minorité des patients. La présentation de la maladie est souvent plus évoluée avec une capacité de la tumeur et de ses métastases à échapper à la traque thérapeutique, notamment immunologique. De ce fait, il faut déjà imaginer des protocoles thérapeutiques pouvant associer plusieurs modalités hautement spécifiques, mais également des modalités d'activation ou de régulation immunitaire beaucoup plus générales et moins spécifiques.