John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Témoignages de patientes maghrébines traitées pour cancer du sein Volume 89, numéro 7, Juillet - Août 2002

Auteurs
Institut Jean-Godinot, 1, rue du Général-Kœnig, 51100 Reims.
  • Page(s) : 733-6
  • Année de parution : 2002

L'approche psychologique en cancérologie a pour objectifs d'évaluer les besoins et les attentes d'un patient confronté à une rupture dans son existence. La qualité de cette approche conditionne son adaptation psychologique et celle de sa famille, son acceptation vis-à-vis des traitements et l'apprentissage d'une vie au quotidien avec une affection aussi incertaine et chargée de menaces potentielles. Il s'agit d'apprendre à maintenir une qualité de vie, un positionnement social, une insertion socio-affective satisfaisante. Le cancer du sein, par sa fréquence, par la diversité de ses traitements, par le nombre de personnes qui s'y intéresse, touche une partie importante de la population française et, par voie de conséquence, des femmes d'origine maghrébine. Il modélise l'ensemble des problèmes techniques, physiques, psychologiques et relationnels posés par la maladie cancéreuse. La difficulté de l'abord des personnes migrantes, ancrées dans un passé socioculturel différent de celui de la société française et de ses repères, a motivé cette démarche née de la réflexion personnelle de l'un des auteurs, lui aussi coupé de son passé, comme les patientes auxquelles nous nous sommes intéressés. À partir de quatre témoignages recueillis dans la langue maternelle des personnes interrogées, nous avons tenté d'entendre et de retranscrire fidèlement les motivations, les sentiments, les pensées de patientes d'origine maghrébine, de voir comment le cancer du sein était vécu tout au long de leur suivi et de leur histoire dans un centre de lutte contre le cancer, l'institut Jean-Godinot de Reims. Ces quatre patientes ont ainsi accepté de recevoir l'un d'entre nous et de parler de leur maladie cancéreuse. Notre intention n'était pas de réaliser un travail statistique exhaustif, mais plutôt d'aller à la rencontre d'histoires individuelles. L'idée initiale restait ici d'approcher les répercussions psychosociales du cancer du sein dans un groupe particulier de la population française, les femmes immigrées d'origine maghrébine, et de participer au cheminement dans une autre voie de la médecine qu'est l'ethnomédecine et, plus particulièrement l'ethno-oncologie. *Entre janvier et mai 2001, l'un des auteurs (ST) a rencontré quatre patientes dans le cadre d'un entretien individuel. Ces patientes ont été sélectionnées au hasard dans une liste de dossiers archivés de patientes traitées pour un cancer du sein. Les critères étaient le pays de naissance et la date de fin de traitement, antérieure à juin 2000. Les quatre patientes, âgées de 24 à 69 ans, ont été contactées via leur médecin référent cancérologue à l'institut Jean-Godinot et ont toutes donné un consentement informé oral devant témoin. Le médecin référent cancérologue était également informé de l'étude et avait donné son accord.