John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Tamoxifène adjuvant retardé dans le cancer du sein curable. Résultats d’un essai coopératif randomisé Volume 84, numéro 1, Janvier 1997

Auteurs
Centre François-Baclesse, route de Lion-sur-Mer, 14021 Caen Cedex, France.

Il est maintenant prouvé que le tamoxifène (TAM) adjuvant réduit les rechutes et la mortalité dans le cancer du sein curable. Cependant, un certain nombre de patientes n’ont pas reçu de tamoxifène en traitement adjuvant après le traitement locorégional. Dans le but d’étudier l’efficacité d’un traitement adjuvant par le tamoxifène mis en route de façon retardée chez des patientes qui n’en avaient pas reçu précédemment, un essai multicentrique a été conduit dans le cadre de la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer (FNCLCC). Ont été retenues pour l’essai toutes les patientes traitées depuis plus de 2 ans pour un cancer du sein curable par chirurgie et/ou radiothérapie, avec ou sans chimiothérapie adjuvante, mais sans traitement hormonal. De septembre 1986 à octobre 1989, 494 patientes ont été randomisées. Les patientes incluses dans le groupe témoin ont poursuivi leur surveillance sans modification, les patientes du groupe tamoxifène ont reçu 30 mg/jour de tamoxifène pendant 5 ans. Les différents facteurs pronostiques (âge, stade, envahissement ganglionnaire, récepteurs hormonaux, délai depuis le traitement local) étaient également répartis dans les 2 groupes. La survie globale n’est pas améliorée par le TAM, cependant, il existe une augmentation significative de la survie sans récidive (p = 0,05). L’augmentation significative de la survie sans récidive, sans augmentation significative de la survie globale, se retrouve chez les patientes avec envahissement ganglionnaire. Chez les patientes avec récepteurs d’œstradiol positifs, le tamoxifène entraîne une réduction significative des rechutes (p = 0,03) et de la mortalité (p = 0,04). L’amélioration entraînée par le tamoxifène ne se retrouve que chez les femmes âgées de 50 ans et plus au moment du traitement initial. Ces premiers résultats incitent à proposer un traitement adjuvant retardé par le tamoxifène pour toutes les femmes de plus de 50 ans traitées pour un cancer du sein sans hormonothérapie adjuvante.