John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Synthèse méthodique Intérêt de la chimiothérapie péri-opératoire dans la prise en charge des patients atteints d’un adénocarcinome du rectum résécable d’emblée (rapport abrégé) Volume 95, numéro 7, juillet-août 2008

Auteurs
oncologue médical, institut Bergonié, Bordeaux, France (coordonnateur), méthodologiste, SOR-chef de projet, Institut National du Cancer, Boulogne-Billancourt, France, gastro-entérologue, oncologue médical, cabinet médical, Lyon, France, gastro-entérologue, centre Val-d’Aurelle-Paul-Lamarque, Montpellier, France, oncologue radiothérapeute, centre hospitalier universitaire Jean-Minjoz, Besançon, France, oncologue médical, centre Alexis-Vautrin, Vandœuvre-Lès-Nancy, France, oncologue médical, centre Antoine-Lacassagne, Nice, France, gastro-entérologue, hôpital européen Georges-Pompidou, Paris, France, oncologue radiothérapeute, hôpital Tenon, Paris, France

À la demande du Thesaurus National de Cancérologie Digestive (TNCD), le programme SOR, initié par la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer et actuellement piloté par l’Institut National du Cancer, a réalisé une synthèse méthodique des données de la littérature évaluant l’intérêt de la chimiothérapie périopératoire dans la prise en charge des patients atteints d’un adénocarcinome du rectum résécable d’emblée, en collaboration avec les experts du domaine. Méthodes. Une recherche bibliographique systématique a été effectuée par interrogation des bases de données Medline® et Embase® (de janvier 1996 à octobre 2007) et la consultation de sites internet d’ Evidence-Based Medicine. Les essais randomisés de phase III et les revues systématiques, portant sur les patients atteints d’un adénocarcinome du rectum résécable d’emblée, comparant un traitement par chirurgie (seule ou associée à un traitement adjuvant) au même traitement associé à une chimiothérapie ou comparant différentes modalités de chimiothérapie péri-opératoire, ont été inclus. La qualité et la pertinence clinique des essais retrouvés ont été évaluées à l’aide de grilles de lecture validées. Cette évaluation a permis d’associer un niveau de preuve à chaque résultat. La synthèse des données a pris en compte le bénéfice et le risque de l’intervention évaluée. Des axes futurs de recherche ont été proposés. Résultats. Parmi les 29 études répondant aux critères, 19 ont été prises en compte après analyse critique clinique et méthodologique. Par rapport à une radiothérapie pré-opératoire seule, une radiochimiothérapie pré-opératoire par 5-fluorouracile (5-FU) et acide folinique n’a pas d’impact sur la survie et la survie sans récidive, mais diminue le taux de rechutes locales. Une chimiothérapie postopératoire par 5-FU et acide folinique n’a pas d’impact sur la survie et la survie sans récidive, que les patients aient reçu une radiothérapie pré-opératoire ou une radiochimiothérapie pré-opératoire ; elle semble diminuer le taux de rechutes locales chez les patients ayant reçu une radiothérapie pré-opératoire, mais elle ne montre pas d’effet supplémentaire chez les patients ayant reçu une radiochimiothérapie pré-opératoire. Par rapport à une radiochimiothérapie postopératoire, une radiochimiothérapie préopératoire comportant du 5-FU en perfusion continue n’a pas d’impact sur la survie ni la survie sans récidive mais diminue le taux de rechutes locales et les toxicités aiguës et tardives. Lorsqu’il n’y a pas eu de radiothérapie pré-opératoire, la prescription d’une chimiothérapie postopératoire avec une fluoropyrimidine améliore la survie et la survie sans récidive et diminue le taux de rechutes locales. Conclusions. Cette synthèse met en évidence une réduction des récidives locales obtenues par une radiochimiothérapie pré-opératoire par comparaison à une radiothérapie pré-opératoire seule ou à une radiochimiothérapie postopératoire.