John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Synthèse méthodique des données scientifiques 2007 Traitements de première intention des tumeurs germinales du testicule après orchidectomie totale Volume 95, numéro 2, février 2008

Auteurs
Urologue, Clinique chirurgicale mutualiste, Saint-Étienne, Méthodologiste, FNCLCC, Paris, Oncologue médical, Centre Val d’Aurelle, Montpellier

Contexte : Le programme « Standards, Options et Recommandations » (SOR) en cancérologie, initié en 1993 par la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer et réalisé en collaboration avec les secteurs public et privé, les fédérations professionnelles, les Sociétés savantes et l’Institut national du cancer (depuis 2005) a pour objectif d’élaborer des recommandations pour la pratique clinique (RPC), des rapports d’évaluations technologiques et des synthèses méthodiques permettant de faciliter la mise à jour des RPC établies par les sociétés savantes. Dans ce contexte, les SOR ont réalisé en collaboration avec l’Association française d’urologie (AFU) une synthèse méthodique des données de la littérature portant sur la prise en charge thérapeutique du patient atteint d’une tumeur germinale non-séminomateuse (TGNS) ou séminomateuse (TGS) du testicule traité par radiothérapie (RT), chimiothérapie (CT) ou surveillance (SV) après orchidectomie totale. En effet, les progrès de la prise en charge des cancers du testicule ont permis d’obtenir des taux de guérison dépassant 80 %, y compris en cas de maladie métastatique, l’enjeu actuel est de limiter les morbidités et les séquelles tardives liées aux traitements tout en préservant leur efficacité. Dans ce but, la surveillance active, considérée comme une modalité de traitement, est en plein développement dans les formes localisées les plus fréquentes. Objectif : Synthétiser les données de la littérature en termes de balance bénéfice/risque portant sur la prise en charge du patient atteint d’une TGNS ou TGS de stade localisé ou avancé traité par RT, CT ou SV après orchidectomie totale. Stratégie de recherche bibliographique : Une recherche bibliographique systématique a été effectuée par interrogation de la base de données Medline® (de janvier 2004 à août 2007) et la consultation de sites internet d’ evidence-based medicine puis complétée par des références citées dans les articles de revue ou par les experts du domaine. Critères de sélection : Les essais randomisés, les revues systématiques, les études d’observation (cohortes prospectives ou rétrospectives) portants sur le patient atteint d’une TGNS ou TGS de stade localisé ou avancé traité par RT, CT ou SV après orchidectomie totale ont été inclus. Analyse des données : L’éligibilité et la qualité des essais retrouvés ont été évaluées par trois opérateurs indépendants. En cas de manque d’informations, les auteurs ont directement été contactés. Aucune analyse quantitative n’a été initialement prévue étant donné l’hétérogénéité des plans d’expérience recherchés. Résultats bibliographiques : Vingt-neuf références ont été incluses dont 1 méta-analyse, 1 analyse poolée d’essais randomisés, 4 essais randomisés de non-infériorité, 6 études comparatives (1 prospective, 5 rétrospectives) et 17 études d’observation (7 prospectives, 10 rétrospectives). Dix-neuf références concernaient les TGNS et 10 les TGS. Conclusions : Pour les TGNS de stade localisé, le choix d’une stratégie de prise en charge thérapeutique adaptée au risque de rechute semble approprié : SV pour le patient à faible risque et CT dans les autres cas. Pour les stades avancés, la suppression de la bléomycine pose encore des questions. Pour les TGS de stade localisé, le choix de la SV ou la CT par rapport à la RT doit être confirmé par des essais randomisés avec un suivi suffisamment long étant donné les résultats encourageants obtenu en termes de tolérance avec le carboplatine ou encore une diminution de dose d’irradiation (20 Gy au lieu de 30 Gy). Enfin, pour les stades avancés, l’utilisation d’une monochimiothérapie à base de carboplatine n’a pas fait la preuve de son intérêt par rapport la polychimiothérapie à base de cisplatine.