John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Rituximab : mode d’action et de résistance Volume 94, numéro 2, Février 2007

Auteurs
Inserm U590, Laboratoire de cytologie analytique, Faculté de Médecine Rockefeller, 8, avenue Rockefeller, 69008 Lyon

L’intérêt thérapeutique du rituximab dans les lymphomes B est bien établi, il est donc largement utilisé en routine. Cependant, les mécanismes d’action de cet anticorps monoclonal ne sont que très partiellement décryptés. Son efficacité in vitro dans des modèles simples est inconstante, les variations sont notamment importantes selon la lignée cellulaire utilisée. Trois mécanismes d’action sont cependant le plus souvent retenus : la cytotoxicité à médiation cellulaire dépendante de l’anticorps (ADCC pour antibody dependent cellular cytotoxicity), la cytoxicité médiée par le complément (CDC) et l’induction d’apoptose. Il persiste donc de nombreuses zones d’ombre avant de pouvoir expliquer la différence entre l’efficacité observée du rituximab in vivo et les capacités actuelles à reproduire cette action in vitro. Aussi les moyens de résistance ou d’échappement ne sont-ils que très partiellement connus.