John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Recommandations pour la pratique clinique Standards, Options et Recommandations 2003 pour le traitement médical de première ligne des patientes atteintes de tumeurs épithéliales malignes de l’ovaire, mise à jour (rapport abrégé) Volume 91, numéro 7, Juillet - Août 2004

Auteurs
Oncologue médical, Institut Gustave‐Roussy, Villejuif (coordonnateur) Oncologue médical, Centre Léon‐Bérard, Lyon Médecin généraliste, FNCLCC, Paris (méthodologiste) Oncologue radiothérapeute, Institut Bergonié, Bordeaux Chirurgien, Hôpital de la Conception, Marseille Chirurgien, Hôpital Édouard‐Herriot, Lyon Oncologue radiothérapeute, Polyclinique Bordeaux Nord Aquitaine, Bordeaux Oncologue radiothérapeute, Centre Jean Bernard, Le Mans Chirurgien, Hôpital de la Pitié‐Salpêtrière, Paris Oncologue médical, Hôpital Saint‐Louis, Paris Oncologue médical, Hôpital de la Pitié‐Salpêtrière, Paris Oncologue médical, Centre hospitalier intercommunal, Toulon Oncologue médical, Hôpital Saint‐Antoine, Paris Chirurgien, Hôpital des Diaconesses, Paris Oncologue médical, Centre Léon‐Bérard, Lyon Oncologue médical, Centre Eugène Marquis, Rennes Oncologue médical, FNCLCC, Paris Biologiste, Centre Henri Becquerel, Rouen Radiologue, Centre René Huguenin, Saint‐Cloud Chirurgien, Institut Gustave‐Roussy, Villejuif 21 Pathologiste, Institut Gustave Roussy, Villejuif Oncologue médical, Clinique Victor‐Hugo, Le Mans

Contexte. La Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer (FNCLCC) et les Centres régionaux de lutte contre le cancer (CRLCC), en collaboration avec des partenaires des secteurs public (CHU, CHG), privé et certaines sociétés savantes ont entrepris, depuis 1993, d’élaborer des recommandations pour la pratique clinique en cancérologie : les Standards, Options et Recommandations (SOR). L’objectif de l’opération SOR est d’améliorer la qualité et l’efficience des soins aux patients atteints de cancer en fournissant aux praticiens une aide à la décision facilement utilisable. Objectif. Actualiser, sur la base d’une revue systématique des données scientifiques de la littérature et de l’accord d’experts, les recommandations pour le traitement médical de première ligne des patientes atteintes de cancer de l’ovaire. Ces recommandations ont été élaborées en collaboration avec la Société française d’oncologie gynécologique (SFOG). Méthode. La méthodologie d’élaboration des SOR repose sur une revue et une analyse critique des données de la littérature scientifique par un groupe d’experts pluridisciplinaire, permettant de définir, sur la base du niveau de preuve scientifique et du jugement argumenté des experts, des « Standards », des « Options » et des « Recommandations ». Avant publication, les SOR sont revus par des experts indépendants. Résultats. Cet article présente des recommandations sous la forme d'un rapport abrégé accompagné d’arbres de décision. Après chirurgie, la majorité des patientes ayant un adénocarcinome de l’ovaire nécessitent un traitement complémentaire médical. Ce travail aborde les traitements complémentaires médicaux initiaux (chimiothérapie, hormonothérapie et immunothérapie) puis les éventuels traitements de consolidation. Pour compléter les indications, deux autres alternatives ont été replacées dans ce contexte : la surveillance (pas de traitement) et la radiothérapie. La mise à jour a uniquement modifié les recommandations concernant les indications et les modalités de la chimiothérapie. Les principaux changements sont : 1) en première ligne, la chimiothérapie du cancer de l’ovaire peut comprendre une association taxane et sel de platine ou du carboplatine en monothérapie ; 2) la polychimiothérapie n’est plus un standard ; 3) pour les stades précoces, en dehors des tumeurs de stade IA de grade I non à cellules claires, les données en faveur d’une chimiothérapie complémentaire par rapport à la surveillance ont été renforcées ; 4) la chimiothérapie est devenue un standard pour toutes les tumeurs de stade III, quel que soit le résultat chirurgical ; 5) pour les tumeurs de stades IA G2‐3 à IIA, la stadification chirurgicale complète et l'obtention du grade histologique de la tumeur sont devenues des standards.