John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

PTPL1, une protéine tyrosine phosphatase proapoptotique dans les cancers mammaires Volume 91, numéro 4, Avril 2004

Auteurs
Inserm U540, Endocrinologie moléculaire et cellulaire des cancers, 60, rue de Navacelles, 34090 Montpellier Adresse actuelle : School of Biosciences University of Birmingham Edgbaston Birmingham, B15 2TT, Grande Bretagne

La protéine tyrosine phosphatase L1 (PTPL1), aussi appelée FAP1, présente en plus de son domaine catalytique deux types de domaines structuraux caractéristiques : un domaine FERM, qui est responsable de sa localisation à la face apicale de la membrane plasmique, et 5 domaines PDZ suggérant de nombreuses possibilités de partenaires protéiques et donc un rôle de protéine cargo ou d’intégrateur entre différentes voies de signalisation. En effet, si le premier rôle potentiel proposé pour cette enzyme, en 1995, est l’inhibition du récepteur de mort Fas, plusieurs études récentes montrent une action de PTPL1 dans différentes voies de signalisation. Elle déphosphoryle l’ephrineB (ligand de Eph, récepteur régulateur de l’angiogenèse et de la guidance axonale), elle interagit avec de nombreuses protéines liées au cytosquelette et à sa plasticité et elle est impliquée dans la cytodiérèse. Dans les cancers mammaires, notre équipe a mis en évidence sa régulation par les anti‐œstrogènes et montré, grâce à une stratégie antisens, son importance dans l’effet anti‐facteur de croissance de ces composés par inhibition de la voie de survie IRS‐I\PI3‐K\Akt. Ceci fait de PTPL1 un marqueur unique de réponse des tumeurs mammaires aux anti‐œstrogènes et un outil thérapeutique potentiel pour cibler le processus d’apoptose dans les cellules tumorales. ▴