John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Prévalence des récepteurs hormonaux et de HER2 dans le cancer du sein au service de cancérologie du CHU de Treichville. Résultats préliminaires. Volume 95, numéro 9, septembre 2008

Auteurs
Service de cancérologie, CHU de Treichville, BP V3 Abidjan, Côte-d’Ivoire, Service de radiologie, CHU de Treichville, BP V3 Abidjan, Côte-d’Ivoire, Service d’anatomie pathologique, CHU de Treichville, BP V3 Abidjan, Côte-d’Ivoire, Service de gynécologie-obstétrique, CHU de Yopougon, Côte-d’Ivoire

ObjectifsObjectif principal : déterminer le profil des récepteurs hormonaux et de HER2 afin d’optimiser la prise en charge des malades par l’hormonothérapie et par les thérapeutiques ciblées pour les quelques malades qui peuvent s’en procurer, lorsque l’indication se posera. Objectifs secondaires : montrer la faisabilité de ces examens en Afrique subsaharienne et, de ce fait, la nécessité d’améliorer le plateau technique existant afin de réaliser ces examens en routine.Patientes et méthodesUne étude prospective, descriptive, sur 10 mois, a été réalisée au service de cancérologie du CHU de Treichville à Abidjan (Côte-d’Ivoire). Les résultats préliminaires ont porté sur 22 patientes atteintes de cancer du sein.RésultatsL’âge moyen de nos patientes était de 42,7 ans. Les stades au diagnostic étaient localement avancés (86 %) avec 77 % d’envahissement ganglionnaire, 8 patientes sur 20 étaient RH+ dont une seule patiente ménopausée, 8 patientes sur 20 étaient HER2+ dont 2 ont nécessité une confirmation par le test de FISH. Une seule patiente HER2+ a pu bénéficier d’herceptine en adjuvant.ConclusionLe cancer du sein est une affection de mauvais pronostic surtout dans nos pays en voie de développement en raison du jeune âge des patientes, des longs délais de consultation et des stades avancés au diagnostic. La connaissance du statut des récepteurs hormonaux et de la surexpression de HER2 est nécessaire, d’où l’importance de poursuivre cette étude et de mettre en place un plateau technique d’immunohistochimie en Côte-d’Ivoire. Cela permettrait la réalisation en routine de ces examens et, de ce fait, une amélioration de la prise en charge de cette affection.