John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Polymorphisme génétique des enzymes gluthation-S transférases et N-acétyl-transférases 2 dans le cancer du nasopharynx en Tunisie Volume 93, numéro 3, Mars 2006

Auteurs
Laboratoire de biologie clinique, Institut de carcinologie Salah Azaiez, Bab Saadoun, 1007 Tunis, Tunisie, Section de biochimie, 04/UR/08-03, Faculté de médecine, Tunis, Tunisie, Service de chirurgie ORL, Institut de carcinologie Salah Azaiez, Bab Saadoun, 1007, Tunis, Tunisie, Service de médecine carcinologique, Institut de carcinologie Salah Azaiez, Bab Saadoun, 1007, Tunis, Tunisie

Les différences interindividuelles observées dans le métabolisme des xénobiotiques peuvent être dues aux polymorphismes des gènes codant pour les enzymes de détoxication. Cette variabilité génétique semble être associée à des différences de susceptibilité à certains types de cancers, dont le carcinome du nasopharynx. Notre travail vise à établir les fréquences génotypiques des polymorphismes d’ADN dans les gènes de trois enzymes de détoxication : les gluthation-S-transférases (GSTM1 et GSTT1) et la N-acétyl-transférase 2 (NAT2). L’étude a porté sur 45 malades présentant un carcinome du nasopharynx, comparés à 100 témoins sains. La présence de la délétion homozygote des gènes GSTM1 et GSTT1 est déterminée par PCR multiplex. L’étude du polymorphisme nucléotidique du gène NAT2 utilise l’approche PCR-RFLP. La comparaison des fréquences entre les deux groupes est établie par un test χ 2 et le calcul des odds ratio avec un intervalle de confiance à 95 %. Nos résultats montrent une différence significative entre les deux groupes concernant le génotype GSTM1 nul. Celui-ci est associé à une augmentation du risque de carcinome du nasopharynx (odds ratio = 2,12, IC95 % = 1,03-4,37). Par ailleurs, la fréquence du génotype NAT2*6/NAT2*6 est plus élevée chez les patients. Le calcul de l’odds ratio montre une association entre ce génotype et le carcinome du nasopharynx. En conclusion, l’augmentation du risque de développement du carcinome du nasopharynx en Tunisie semble être associée aux génotypes GSTM10/0 et NAT2*6/6.