John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des lymphomes et des leucémies en 2005 Volume 93, numéro 1, Janvier 2006

Auteurs
Service d’hématologie greffe de moelle, hôpital Saint-Louis,1, avenue Claude-Vellefaux, 75010 Paris, Unité de transplantation médullaire, centre Jean-Perrin, 58, rue Montalembert, 63000 Clermont-Ferrand

Les anticorps monoclonaux ont transformé la prise en charge des hémopathies malignes. Dès les premières études de phase I-II, leur utilisation permet d’obtenir des résultats au moins similaires à ceux des chimiothérapies classiques mais dépourvus des effets secondaires souvent importants chez les patients déjà traités. Leur synergie fréquente avec les chimiothérapies a fait rapidement proposer cette association chez des patients de novo avec des résultats étonnants, notamment dans le lymphome folliculaire, le lymphome B à grandes cellules et aussi la leucémie lymphoïde chronique (association des chimiothérapies classiques à l’anti-CD20). L’utilisation possible d’ACm conjugués, notamment à des radio-isotopes, a permis d’améliorer encore les résultats. Le pronostic des lymphomes folliculaires est ainsi transformé par l’association anti-CD20 et iode 131. L’apport des anticorps monoclonaux dans la pathologie myéloïde est moindre, notamment dans les myélodysplasies. L’anti-CD33 couplé à la calicheamicine permet d’obtenir tout de même des résultats intéressants dans la prise en charge des leucémies aiguës myéloïdes. Dans cette revue, nous décrivons l’état actuel des connaissances à partir des travaux publiés sur l’apport des principaux anticorps monoclonaux dans la prise en charge des leucémies et des lymphomes en dehors des contextes d’auto ou d’allogreffe de moelle.