John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Place de la chimioradiothérapie concomitante dans le traitement des cancers bronchiques Volume 92, numéro 12, Décembre 2005

Auteurs
Département de radiothérapie-oncologie, Centre hospitalier Lyon-Sud, 165, chemin du Grand-Revoyet, 69495 Pierre-Bénite Cedex

Le traitement des cancers bronchiques non à petites cellules localement évolués repose sur la chimioradiothérapie concomitante exclusive ; l’intérêt d’une séquence thérapeutique de chimioradiothérapie combinant les schémas séquentiels et concomitants, adjoignant une chimiothérapie soit avant, soit après une phase de chimioradiothérapie concomitante, est à définir. En cas de tumeur bronchique localement avancée réséquable, la place de la chimioradiothérapie néoadjuvante est en cours d’évaluation, notamment par rapport à la chimiothérapie. L’amélioration des résultats de la chimioradiothérapie passe par l’optimisation des modalités de l’irradiation thoracique (escalade de dose, hyperfractionnement) mais aussi de l’administration de la chimiothérapie (nouvelles molécules, adaptation des doses, cytotoxiques ou radiosensibilisantes). La chirurgie d’exérèse a montré sa faisabilité après chimioradiothérapie d’induction chez des patients sélectionnés sans envahissement ganglionnaire médiastinal et pouvant bénéficier d’une résection complète. En cas de cancer bronchique à petites cellules localisé au thorax, la chimioradiothérapie concomitante précoce à base de cisplatine et d’étoposide est le traitement standard. En conclusion, les nombreux essais thérapeutiques en cours incluant les nouvelles techniques d’irradiation couplées de façon optimale à la chimiothérapie font de la chimioradiothérapie l’une des pistes thérapeutiques les plus prometteuses en cancérologie thoracique.