John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Peut-on s’abstenir d’un curage axillaire systématique pour les cancers du sein de plus de 30 millimètres sans atteinte ganglionnaire sentinelle ? Volume 91, numéro 4, Avril 2004

Auteurs
Départements de chirurgie,, d’anatomopathologie,, de médecine nucléaire,, d’oncologie médicale,, de radiothérapie, Institut Paoli-Calmettes, 232 bd Sainte-Marguerite, 13006 Marseille Cedex 9

Le bénéfice de la technique du ganglion sentinelle (GS) peut se résumer par une meilleure analyse anatomopathologique et par une diminution significative des séquelles en l’absence de curage axillaire. Le but de cette étude a été d’évaluer la fiabilité de cette technique sur de grosses tumeurs. De mars 1999 à décembre 2003, 663 patientes ont été opérées d’un cancer du sein par la technique du GS et toutes celles présentant une métastase des GS ou une tumeur ≥ 30 mm ont subi un curage axillaire ; 116 (17,5 %) présentaient une tumeur ≥ 30 mm et ont subi un curage axillaire. Le taux d’identification des GS a été de 94 % (109/116). Parmi les 43 cas où les GS étaient indemnes d’envahissement, le curage axillaire était indemne 39 fois (90,7 %). Un ganglion palpable par l’incision chirurgicale, non sentinelle, prélevé lors de la procédure était envahi 4 fois. Dans un cas, la scintigraphie décelait un seul ganglion très peu fixant : un curage axillaire a été réalisé considérant la qualité de l’identification insuffisante. Le taux de faux négatifs du GS a été de 1,4 % (1/72), parmi les 72 cas avec une atteinte ganglionnaire. Le curage axillaire complémentaire a été réalisé 66 fois dans le même temps opératoire que le prélèvement des GS (60,5 %). Le curage complémentaire comportait une atteinte ganglionnaire 30 fois (30/72, 41,7 %) : 5 fois parmi 24 cas de micrométastases (20,8 %) et 25 fois parmi 48 cas de macrométastases (52 %). Les résultats obtenus dans cette population permettent d’envisager de se dispenser de curage axillaire pour des tumeurs qui mesureront jusqu’à 50 mm en anatomopathologie et en l’absence d’atteinte des GS, chez des patientes pour qui la technique a été indiquée car la taille de la tumeur était de 30 mm au plus.