John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Organisation coordonnée de la prise en charge des symptômes et du soutien à toutes les phases de la maladie cancéreuse : vers la mise en place de structures pluridisciplinaires de soins oncologiques de support Volume 88, numéro 3, Mars 2001

Auteurs
Unité douleur-soins oncologiques de support, centre régional de lutte contre le cancer Alexis-Vautrin, 54511 Vandœuvre-lès-Nancy Cedex.

L'organisation de la prise en charge de la douleur et des autres symptômes tout au long de la maladie cancéreuse, du soutien psychologique et des soins palliatifs est une question complexe qui ne répond actuellement à aucun modèle parfaitement établi, tant en France qu'à l'étranger. Différentes structures sont actuellement impliquées dans ces soins et coexistent dans une coordination pour le moins insuffisante : structures de cancérologie, structures de prise en charge de la douleur chronique rebelle, structures de psycho-oncologie, structures de soins palliatifs. Certaines autres assistances transversales sont plus ou moins isolées au sein de l'hôpital : aide nutritionnelle, assistance sociale, lutte contre le tabagisme et les dépendances, bénévolats... L'évolution des pratiques et des mentalités depuis une dizaine d'années, la mise en évidence sur le terrain d'interfaces et de complémentarités évidentes, les notions de « soins continus » et de « soins intégrés » au sein des services conventionnels, les contraintes budgétaires et organisationnelles, enfin, font qu'il est aujourd'hui possible de proposer un modèle de structure hospitalière adapté à la problématique des « soins de support ». Il est proposé la création, éventuellement à partir de structures préexistantes, de consultations, unités, services ou départements de soins oncologiques de support (SOS) selon la taille de l'établissement. La structure doit répondre à quelques cahiers des charges, dont certains réglementaires, et coordonner les différentes compétences au mieux de l'intérêt des malades et des équipes : lutte contre la douleur et les symptômes (dont les soins palliatifs sont une part importante), psycho-oncologie, réhabilitation (rééducation fonctionnelle, nutrition, assistance sociale, lutte contre les dépendances). Une mise en commun du plateau technique est un des intérêts. Le modèle apparaît dans l'ensemble applicable à d'autres domaines que la cancérologie et à la plupart des établissements de soins.