John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Oncogériatrie et psychologie : un autre regard sur le sujet âgé Volume 95, supplément 8, FMC Oncogériatrie

Auteurs
Onco-psychologue, Oncologie médicale, CHI Le Raincy-Montfermeil, Radiothérapeute, CHI Le Raincy-Montfermeil, Onco-psychologue, Institut de radiothérapie et de hautes énergies, Bobigny, Neuropsychologue, Service de neurologie, CHU Avicenne, Bobigny

La médecine, comme la société dans son ensemble, doit accompagner le processus de vieillissement de la population. Pour autant, les spécificités des sujets âgés sont-elles suffisamment évaluées et prises en charge en cancérologie ? Qu’en est-il notamment des pratiques relationnelles et communicationnelles ? Le patient âgé est-il traité comme les autres en matière d’information et de projet ? Et lui-même, se comporte-t-il comme les autres ? A-t-il les mêmes besoins ? Des difficultés particulières peuvent se poser au cancérologue et aux équipes. Elles concernent notamment l’évaluation de la situation globale du patient âgé concerné par des symptomatologies relevant de pathologies multiples, mais elles sont aussi liées aux représentations très fortes chez tous les acteurs en présence : il est plus facile d’être malade ou de mourir âgé que jeune, il ne faut pas dire (pour le préserver, parce que c’est inutile, parce qu’il ne veut pas avoir…) la vérité à un patient âgé, il faut absolument limiter l’impact sur la qualité de vie, etc. Or, ces idées reçues sont parfois des freins. Les représentations erronées, le manque de connaissances, de moyens, de ressources professionnelles spécifiques et parfois d’intérêt influencent souvent négativement la prise en charge et mettent en lumière, plus que pour d’autres patients, des enjeux psychologiques, relationnels mais aussi éthiques, complexes. En soulignant les particularités du patient âgé mais aussi ce qui en fait un sujet à part entière, il est possible de mettre en lumière ces enjeux, de mieux évaluer ces situations sensibles et de favoriser, en oncogériatrie, des modes de communication et des projets thérapeutiques et soignants plus adaptés, notamment grâce aux apports de la neuropsychologie et de la psycho-oncologie.