John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Modification des glycoconjugués au cours du processus de cancérisation : cas des carcinomes mammaires Volume 91, numéro 2, Février 2004

Auteurs
EA 2416, Département de biologie cellulaire, Faculté de Pharmacie, 28, place Henri‐Dunant, 63000 Clermont‐Ferrand Département de botanique pharmaceutique, Faculté de Pharmacie, Université Jagiellone, 9 Medyczna ul., Cracovie, Pologne Centre régional de lutte contre le cancer Jean‐Perrin, 58, rue Montalembert, BP 392, 63011 Clermont‐Ferrand Département d‘anatomie pathologique, Faculté de Médecine, 28, place Henri‐Dunant, 63000 Clermont‐Ferrand

La transformation tumorale est associée à des modifications de structure des résidus glycaniques appartenant aux glycoprotéines et aux glycolipides présents à la surface cellulaire. Ces glycosylations aberrantes, qui ont leur origine dans un dysfonctionnement des glycosyltransférases et\ou des glycosidases, se traduisent le plus souvent par un raccourcissement des chaînes glycaniques ou par une surexpression de structures normalement absentes ou discrètes sur les cellules concernées. Certains de ces changements, telle l‘expression de l‘antigène Tn dans les cancers du sein ou du côlon, apparaissent très tôt dans l‘évolution de la maladie et peuvent, par ailleurs, être mis en évidence dans des pathologies généralement considérées comme bénignes. La plupart des protéines cellulaires étant glycosylées, dont les molécules impliquées dans la reconnaissance entre les cellules, l‘attachement, la régulation du cycle cellulaire ou encore l‘apoptose, les conséquences de ces perturbations concernent de nombreux aspects de la biologie de la cellule et de son devenir dans l‘organisme, l‘impact étant en particulier manifeste lorsque la partie glycanique participe au site fonctionnel de la molécule dont l‘activité est alors modifiée ou annulée. Par ailleurs, l‘expression de résidus fonctionnels reconnus par des molécules à activité lectinique et normalement réservés à diverses populations leucocytaires, dont les cellules phagocytaires, est susceptible de favoriser la formation de métastases en favorisant le franchissement de l‘endothélium vasculaire par les cellules tumorales. La mise en évidence à l‘aide de lectines végétales et d‘anticorps monoclonaux d‘oligosaccharides associés à la transformation tumorale présente un intérêt qui est à la fois diagnostique, certains glycotopes étant exprimés avant toute autre anomalie cellulaire, et pronostique puisque certaines séquences, celle reconnue par L‐PHA par exemple, reflètent des dysfonctionnements de synthèse glycanique qui aboutissent à la formation de structures osidiques terminales favorisant la dissémination métastasiante des cellules tumorales. Des applications thérapeutiques peuvent également être envisagées par action sur les antigènes glycaniques tumoraux à l‘aide de molécules naturelles ou synthétiques assurant une vaccination, ou par utilisation d‘analogues de sucres bloquant l‘activité des glycosyltransférases ou des glycosidases responsables de la synthèse de glycotopes potentiellement dangereux. Au‐delà de leur intérêt pratique, l‘expression des antigènes glycaniques tumoraux pose le problème fondamental de leur rôle dans l‘engagement de la cellule sur la voie de la cancérisation.